+ +

Examen de la réfraction

L’examen de la réfraction a pour but de caractériser et mesurer l’importance du défaut optique de l’oeil. La chirurgie réfractive permet de corriger la myopie, l’astigmatisme et l’hypermétropie. Ces défauts oculaires optiques et sont regroupés sous le terme d’ « amétropie » ou « anomalies de la réfraction ». L’examen de la réfraction permet donc de déterminer et quantifier l’importance de l’amétropie. L’unité de mesure de l’importance d’une amétropie est la dioptrie (D).

Le sujet amétrope présente une vision floue de loin (on mesure une perte de dixièmes d’acuité visuelle en l’absence de correction optique). La presbytie est une réduction de la capacité de l’œil à effectuer la mise au point en vision de près, qui apparaît entre 40 et 45 ans. Elle entraîne le besoin de porter une correction spécifique pour la lecture ou la vision de près.

Principes de la mesure de la réfraction oculaire

La mesure des anomalies de la réfraction débute par une mesure automatisée par une machine appelée auto-réfractomètre qui permet d’estimer le degré de myopie ; d’hypermétropie et d’astigmatisme. Le patient fixe une mire dans un oculaire (en général une route ou un paysage lointain) que le médecin déplace successivement sur chaque œil. Un faisceau infrarouge est émis puis recueilli par l’instrument après réflexion sur la rétine. Les résultats fournis servent de repère initial en fournissant une estimation souvent assez précise de la puissance du défaut optique à corriger.

Toutefois, seul l’ examen d’acuité visuelle réalisé par un professionnel de la mesure de la réfraction permet de déterminer avec précision le degré de correction optique qui permet d’obtenir la meilleure acuité visuelle. Cette correction sera à effectuer par le chirurgien au moyen d’une technique de chirurgie réfractive adaptée.

Examen de la réfraction

Mesure de la réfraction

Cet examen s’effectue au travers d’une monture automatisée sur laquelle des verres de correction de puissance variable peuvent être présentés, et avec une projection de lettres sur un écran situé à 5 mètres. L’examinateur utilise des techniques particulières dites de « brouillage » pour obtenir des mesures fiables et non perturbées par des efforts d’accommodation inconscients. Les mesures sont effectuées oeil par oeil, puis en vision binoculaire. Elles sont effectuées au début de la consultation, et répétées ultérieurement après instillation de deux ou trois gouttes de collyre dit « cycloplégique ».

Ce collyre cycloplégique a pour effet de paralyser temporairement l’accommodation (effort accompli par certains muscles intraoculaires pour permettre la mise au point en vision de près). En effet, certains efforts d’accommodation (souvent intermittents mais parfois permanents) existent chez des patients en vision de loin et peuvent réduire la précision de la mesure de la réfraction effectuée initialement. Par ailleurs, ces collyres induisent une dilatation de la pupille qui sera par la suite utile au chirurgien pour examiner certaines structures oculaires comme le cristallin et la rétine (examen du fond d’œil). Leur effet dure en général deux ou trois heures et disparaît par la suite complètement. Dans ce laps de temps, ils peuvent cependant rendre difficile la lecture et réduire l’acuité visuelle de loin.
Lors de l’examen de la réfraction, la détermination de l’œil directeur est effectuée en faisant observer un point lumineux distant à travers un cercle tenu à bout de bras. L’œil directeur est celui qui sera favorisé pour la vision de loin lors des procédures destinées à la compensation de la presbytie.

Les données fournies par l’examen de la réfraction seront utilisées pour établir le traitement laser délivré par la chirurgie réfractive.

 

17 réponses à “Examen de la réfraction”

  1. Dr Damien Gatinel dit :

    L’examen de la réfraction est effectivement entaché d’une variabilité, et il est également important de vous baser sur votre ressenti; le flou léger a priori induit par une myopie de -0.50 D est-il perceptible? Si la vision de l’oeil gauche au loin vous paraît moins nette que celle de l’oeil droit, il existe probablement une légère myopie du côté gauche. L’oeil gauche était initialement plus myope, et on observe que plus la myopie est prononcée, plus le risque d’évolution même tardive est important (ceci vaut surtout pour des myopies au delà de -6D). La myopie ne varie pas dans la mesure où elle est liée à une « dysharmonie » entre la puissance optique du couple cornée/cristallin et la longueur de l’oeil (ces variables sont a priori fixes en vision de loin). Le diamètre de la pupille peut en revanche moduler grandement le flou, notamment pour les petites myopies; si votre vision est plus brouillée dans la pénombre (qui cause une dilatation de la pupille pour capter plus de lumière), ceci est également probablement lié à la légère myopie du côté gauche.

  2. Donovan dit :

    Bonjour Docteur,

    Merci pour votre site qui est très bien fait et bien fourni !
    J’ai deux petites questions pour vous, j’ai été opéré il y a deux ans par Lasik d’une myopie forte (-6,5 OG et -5,5 OD) qui était stable depuis 5 ans. J’ai eu une petite retouche sur l’oeil gauche mais sinon tout s’est bien passé.
    Comme j’ai souvent l’impression en période hivernale de moins bien voir je suis allé cette semaine faire un test et voici les résultats du réfractomètre:
    OG: -0,5
    OD: 0
    Alors qu’en juin j’avais fait un test qui donnait:
    OG: -0,25
    OD:0
    Mes questions sont les suivantes:
    – cette petite myopie résiduelle est-elle simplement due à l’opération ou est-elle apparue après ?
    – cette évolution de -0,25 à -0,5 en 6 mois est-elle inquiétante ou elle est simplement due aux erreurs de répétabilité de l’appareil ? Sachant que cela a été fait chez deux ophtalmo différents, à deux périodes de l’année différentes
    – est-ce que la myopie peut varier lors des différentes saisons suivant notre fatigue etc ?
    Merci d’avance pour vos réponses !
    Bonne journée !

  3. gaggeri.frederic@hotmail.fr dit :

    Bonjour,

    Peut on faire une mesure de la refraction sans passer par les collyres parce que cela m’est contre indiquée ?

    merci

  4. Dr Damien Gatinel dit :

    Si il n’y a pas de trouble particulier (pas de strabisme, de tic visuel ou autre), il ne parait pas nécessaire de corriger cette faible hypermétropie. La répétabilité des mesures est imparfaite, de nombreux facteurs peuvent influer sur les mesures et les variations constatées sont normales dans ce contexte.

  5. Thomas dit :

    Bonjour,
    Je suis un peu perdue sur la lecture des mesures de l’autorefractiometre de ma fille de 3,5 ans.
    Un 1er ophtalmo a les résultats suivants:
    OD +1,25 (-0,25 à 130°)
    OG +1,25 (-0,25 à 25°)
    Et un 2e ophtalmo:
    OD +1,00 (-0,25 à 15°)
    OG +1,75 (-0,25 à 72°)
    Skiacol pour les 2.
    Pourquoi rien n’est pareil?
    J’ai fait faire un 2e avis car le premier préconise un port de lunette alors qu’elle voit bien. Tout était OK sur différents tests ortoptiques.
    Le 2e ophtalmo m’a dit qu’il y a une petite hypermétropie mais normal a cet age, refaire un contrôle en classe de CP.
    Merci d’avance pour votre aide et avis.

  6. Dr Damien Gatinel dit :

    A priori les instruments effectuent plusieurs séries de mesures afin d’éliminer les mauvais examens, et la vérification de la réfraction subjective (lecture de lettre avec correction) a du confirmer le statut de votre vision.

  7. Amokrane dit :

    Bonjour docteur,
    J’ai fait un examen au skiacol récemment chez l’ophtalmologue, et au moment de l’examen à l’auto réfractomètre j’avais l’impression que ma tête a bougé un petit peu pendant la prise de mesure, est ce que cela fausse-y-il les résultats ?
    Merci d’avance

  8. Dr Damien Gatinel dit :

    Les différences sont majeures, et il y a certainement une erreur dans la retranscription de vos données – ou de la prise des mesures.

  9. Salutations, docteur Lors de la mesure de la lentille d’un patient de 12 ans avant les gouttes, le nombre était.
    OD : +0,25 , -0,25 , 68°
    OG : +0,50 ,-0,25
    Après que les gouttes soient devenues
    DE’ : +8.50 ,-3.75 7°
    OG : +7.50 ,-3.75 170°
    La question est, est-ce normal SHP et CYL et AX pas le même ?

    Merci docteur

  10. Bien compris mais la procédure à suivre n’est pas claire merci

  11. Dr Damien Gatinel dit :

    La cycloplégie n’est pas un état physiologique, la réfraction sous cycloplégique n’est pas forcément le reflet de la réfraction sans cycloplégie, en particulier chez les hypermétropes qui ne tolèrent pas la correction totale de la mesure de la correction. Chez les myopes, une mesure légèrement sous correctrice est attendue.

  12. TOURABI dit :

    Je peux corriger un patient directement sous cycloplegie ?, sachant que la dilatation gêne l’acuité visuelle

  13. Abdou Diallo dit :

    Bonjour mon fils souffre de kératocône bilatérale
    Stade 4
    Il doit subir une opération : greffe de cornée qui ne serait pas possible au Sénégal.
    Qu’est ce que vous me conseillez ?
    Puis ce que j’ai pas les moyens pour cette intervention chirurgicale à l’étranger.
    Merci

  14. Dr Damien Gatinel dit :

    Il existe une variabilité naturelle de la correction mesurée en lunettes, il ne faut pas vous inquiéter, la vision humaine peut fluctuer, et des variations de 0.50 en plus en moins sont toujours possibles.

  15. Emilie dit :

    Bonjour,

    Je dois me faire opérer le mois prochain mais j’ai des petites craintes concernant mon défaut visuel mesuré.
    Mon ophtalmologue m’a évalué le défaut suivant (confirmé avec dilatation pupilles):
    OD: -0.25 (-2.25) 85 deg
    OG: -0.25 (-1.5) 95 deg

    Le chirurgien qui va m’opérer a quant à lui mesuré le défaut suivant (confirmé avec dilatation pupilles), à peine une semaine plus tard:
    OD: -0.5 (-2.00) 85 deg
    OG: -0.75 (-1.5) 95 deg

    J’imagine que des écarts de 0.25 sont tolérables ? Si oui, qu’en est-il des écarts de 0.5 ? Pensez-vous que dans mon cas il vaille la peine de faire analyser ma vision une troisième fois et si oui sous quelles conditions ?
    J’ai lu qu’une mauvaise hydratation / faim pouvait altérer les résultats. Si oui, est-ce le cas également lorsque les pupilles sont dilatées ?

    Je vous remercie pour votre retour et votre site, riche d’informations

  16. Dr Damien Gatinel dit :

    Non, ces gouttes paralysent le muscle ciliaire, situé à l’intérieur de l’oeil: ce faisant, l’accommmodation (effort destiné à voir net de près, ou « forcer » pour voir net de loin chez les hypermétropes) est rendue difficile voire impossible.

  17. Dutrieux dit :

    Bonjour,
    Je dois faire cette examen … je voulais savoir les gouttes qui paralyse temporairement l’œil Sa veux dire quoi que je ne pourrais pas cligner des yeux …regarder en haut en bas ou sur la cotes ??

    Merci de votre réponse je suis un peu inquiète

Laisser un commentaire

Vous pouvez poser des questions ou commenter ce contenu : pour cela, utilisez le formulaire "commentaires" situé ci-dessous. Seront traitées et publiées les questions et commentaires qui revêtent un intérêt général, et éclairent ou complètent les informations délivrées sur les pages concernées.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Fatal error: Uncaught wfWAFStorageFileException: Unable to save temporary file for atomic writing. in /home/clients/0e98f30bad73cbe357ff222deca9aba0/web/gatinel/wp-content/plugins/wordfence/vendor/wordfence/wf-waf/src/lib/storage/file.php:34 Stack trace: #0 /home/clients/0e98f30bad73cbe357ff222deca9aba0/web/gatinel/wp-content/plugins/wordfence/vendor/wordfence/wf-waf/src/lib/storage/file.php(658): wfWAFStorageFile::atomicFilePutContents('/home/clients/0...', '<?php exit('Acc...') #1 [internal function]: wfWAFStorageFile->saveConfig('livewaf') #2 {main} thrown in /home/clients/0e98f30bad73cbe357ff222deca9aba0/web/gatinel/wp-content/plugins/wordfence/vendor/wordfence/wf-waf/src/lib/storage/file.php on line 34