Hypermétropie et presbytie

Hypermétropie et presbytie sont deux défauts optiques fréquents, qui peuvent s’ajouter et pénaliser la vision de loin et de près, rendant indispensable le port d’une correction optique (lunettes, lentilles) pour toutes les activités de la vie quotidienne. Cette page est consacrée aux explications permettant de comprendre les points communs et différences entre hypermétropie et presbytie, et les techniques chirurgicales permettant de les corriger.

L’hypermétropie légère est souvent ignorée, jusqu’à la quarantaine, époque de la vie où s’instaure la presbytie. Alors que la vision de près baisse rapidement, et implique le port de verres correcteurs pour la lecture de près, c’est ensuite la vision de loin qui diminue à son tour, alors qu’elle était excellente auparavant. De complètement indépendant aux lunettes, l’hypermétrope devenu presbyte doit s’équiper d’une correction non seulement de près, mais aussi de loin…

"Ni de près ni de loin, vous ne reverrez hier, 
Ni de près ni de loin, vous ne verrez plus rien"
(extrait de "La fleur de l'âge", d'Albin de la Simone)

Nous commencerons par aborder les explications concernant les troubles visuels des hypermétropes presbytes,  puis les solutions chirurgicales utilisées pour corriger ces patients.

Différences entre presbytie et hypermétropie

La presbytie est liée à la perte progressive de l’accommodation liée à l’âge. Elle est liée à la perte d’élasticité du cristallin, dont la capacité à se déformer et permettre aux objets ou textes observés de près de former une image nette sur la rétine diminue au fil du temps. Ce phénomène débute tôt dans la vie, mais comme la capacité d’accommodation est très importante à la naissance, il faut 4 décennies pour que l’accommodation résiduelle deviennent insuffisante pour les besoins visuels de près courants comme la lecture.

La presbytie débute ainsi vers 43 ans en moyenne chez les patients qui n’ont pas de défaut optique en vision de loin (emmétropes), et se caractérise par une difficulté à lire des petits caractères de près. La plage de distance de vision nette se réduit: de l’infini (loin) à 10 cm chez un sujet jeune, de l’infini à 20 cm chez un pré- presbyte, et quand le point le plus proche où la vision est encore nette est repoussé au delà de 30 à 40 cm, les symptomes de de la presbytie apparaissent : le presbyte tend instinctivement les bras pour lire, et doit augmenter l’éclairage de son ouvrage.

L’hypermétropie (ou hyperopie) st un défaut optique fréquent qui concerne la vision de loin, mais peut aussi gêner la vision de près: l’hypermétropie est causée par le fait que l’oeil est « trop court » (longueur axiale insuffisante, la lumière reçue par l’oeil est focalisée dans un plan situé en arrière du plan rétinien: ce dernier reçoit une image floue car défocalisée). Une des particularités de l’hypermétropie est que dans ses formes légères, et chez les patients non-presbytes, elle peut être « auto-corrigée » par l’oeil  qui fait une mise au point en accommodant: cet effort d’accommodation est accompli pour améliorer la vision de loin, alors que ce mécanisme est normalement utilisé pour voir de près.

Pour voir net au loin, l’hypermétrope accommode donc en permanence, et pour voir net de près, il doit accommoder encore plus. L’hypermétrope est donc très sensible aux effets de la presbytie, car la perte progressive de l’accommodation rend de plus en plus difficile la compensation de ce défaut optique. C’est pour cela que la vision de près peut être difficile assez tôt dans la vie chez les hypermétropes: d’autant plus tôt que l’hypermétropie est importante. Un patient de 35 ans qui ressent le besoin d’une correction pour lire n’est pas un presbyte précoce, mais un hypermétrope qui n’arrive plus à accommoder suffisamment pour voir net le près, car il accommode déjà pour voir net de loin. Hypermétropie et presbytie se conjuguent pour gêner la vision de près!

Comme souligné en introduction, l’hypermétropie modérée  et non dépistée n’est pas un handicap visuel, au moins jusqu’à la quarantaine. Auparavant, elle est plutôt associée à une très bonne vision de loin! Même après la survenue de la presbytie, une faible hypermétropie représente une gêne visuelle pour la vision intermédiaire, ou a distance rapprochée (2 à 3 mètres), mais pas pour les les distances plus lointaines (au delà de quelques dizaines de mètres). De nombreux hypermétropes devenus presbytes arrivent à conduire sans ressentir de gêne, car ils arrivent à voir les informations routières situées à grande distance.

 

Amplitude d’accommodation

L’amplitude d’accommodation est exprimée en dioptries et est reliée à la distance qui sépare le punctum remotum (le point vu net le plus éloigné sans accommodation) et le punctum proximum (le point vu net le plus proche en accommodant au maximum). La presbytie peut être définie comme une amplitude d’accommodation résiduelle inférieure à 5 D : la mise au point ne peut s’effectuer à une distance inférieure à  1/5 soit 20 cm, et on considère en général qu’il est nécessaire de disposer du double de la capacité d’accommodation requise pour lire confortablement à une distance donnée (l’accommodation requise pour la lecture étant de 2.50 D, un pouvoir d’accommodation d’au moins 5 D apparaît comme nécessaire).

amplitude d'accommodation (schéma)

Le parcours d’accommodation est la distance entre le punctum remotum (point vu net par l’œil sans effort en vision de loin, ici situé à l’infini) et le punctum proximum (point vu net par l’œil quand il accommode au maximum). On utilise une notation en vergence: si la distance minimum est de 40 cm, l’amplitude d’accommodation est de 1/0.4 – 1/∞ = 2.5 D.

En moyenne, la plupart des adultes ressentent des difficultés pour la lecture de près entre 35 et 45 ans ; l’âge auquel les premières difficultés en vision de près sont ressenties varie en effet non seulement selon des facteurs individuels, mais également selon le défaut de réfraction éventuel pour la vision de loin. Les patients qui sont atteints d’hypermétropie modérée ressentent généralement souvent les effets de la presbytie naissante plus précocement (un peu avant quarante ans) que les patients qui ne portent pas de lunettes de loin et ne compensent aucun défaut optique (les « vrais »emmétropes).

Autrement dit, les patients qui présentent des manifestations évocatrices de presbytie vers 35 ou 40 ans sont généralement de faibles hypermétropes : certains ne sont pas informés de l’existence de ce défaut optique, qu’ils toléraient bien jusque-là. En effet, ces patients, qui plus jeunes jouissaient souvent d’une excellente vision,  sont ceux pour qui non seulement la presbytie va d’abord gêner ou réduire la vision de près non corrigée, mais également la vision de loin ! Ces faibles hypermétropes, atteints d’une forme d’hypermétropie « latente » doivent alors s’équiper d’une correction en verres progressifs, qui sont souvent d’autant plus mal tolérés ou acceptés qu’ils n’avaient jamais porté de lunettes auparavant. En effet, dans le passé, ils utilisaient leur accommodation pour effectuer de manière permanente et « inconsciente » une « mise au point » précise pour la vision de loin, et avaient suffisamment de réserve accommodative pour poursuivre cet effort en cas de mise au point de près sur une cible rapprochée.

 

Hypermétropie faible ou latente

L’hypermétropie est définie comme un état ou la réfraction de l’œil est telle que les rayons de lumières qui sont réfractés par la cornée et le cristallin forment l’image la plus nette en arrière du plan de la rétine (les rayons ne convergent pas dans le plan de la rétine mais en arrière de celle-ci).

L’hypermétropie est liée à une longueur axiale insuffisante vis-à-vis de la puissance optique (vergence) combinée de la cornée et du cristallin : l’œil hypermétrope est généralement plus court que l’œil emmétrope, et bien entendu que l’œil myope. On corrige l’hypermétropie par des verres de lunettes convexes, dont la puissance optique (vergence) est par convention positive. Le degré d’hypermétropie s’exprime comme la puissance du verre correcteur nécessaire à la corriger : une hypermétropie de +1.50 D peut être corrigée par un verre convexe dont la vergence est de  +1.50 Dioptries. Comme nous l’avons signalé auparavant, les faibles hypermétropes peuvent « auto corriger » leur hypermétropie en augmentant la puissance de leur cristallin, c’est à dire en accommodant (les myopes n’ont pas cette possibilité: au contraire, en accommodant, ils accentueraient le flou de l’image rétinienne). L’acuité visuelle d’un patient hypermétrope qui accommode pour « corriger » ce défaut peut atteindre ou dépasser 10/10 ! La mise au point de l’image sur la rétine est « modulée » par l’accommodation, et peut être de fait effectuée de manière fine. L’hypermétrope est « latente », car elle peut se démasquer si on paralyse l’accommodation – certaines techniques de mesure de la réfraction, de même que certains collyres, permettent de le faire- de latente, l’hypermétropie devient manifeste.

Accommodation et hypermétropie latente

Il est important de préciser que l’hypermétropie est définie pour un œil est « au repos », c’est-à-dire un œil qui n’accommode pas. En effet, l’accommodation du cristallin, qui permet de voir net de près, consiste en une augmentation de la puissance du cristallin via le bombement de celui-ci. Une hypermétropie légère (ex : +1 D à +2 D)  peut être compensée par une accommodation, dont la puissance exprimée en dioptries, est égale à celle de l’hypermétropie.

hypermétropie latente compensée avant la presbytie

Hypermétropie latente et vision de loin : l’hypermétropie latente se caractérise par une accommodation plus ou moins permanente du cristallin, dont la puissance augmente, ce qui permet à l’image d’une source ponctuelle lointaine d’être vue nette – tant que l’amplitude d’accommodation est suffisante.

Une faible hypermétropie peut donc être compensée par un effort accommodatif léger, suffisant pour que les rayons lumineux issus d’une source éloignée convergent dans le plan de la rétine, grâce à l’augmentation de la puissance optique du cristallin. Ce mécanisme s’effectue de manière « inconsciente » : il procure une très bonne vision, car il permet d’ajuster l’accommodation pour que la mise au point dans le plan de la rétine s’effectue de manière optimale. A 25 ans, un faible hypermétrope bénéficie d’une excellente vision de loin, son acuité visuelle non corrigée peut atteindre 12 voire 16 dixièmes. Toutefois, sa vision rapprochée (exemple : lecture) nécessite un effort accommodatif supplémentaire. Sans correction, l’hypermétrope doit accommoder deux fois : pour voir de loin, puis pour voir de près. Ceci ne pose pas de problème tant que l’amplitude d’accommodation excède l’effort accommodatif maximum.

 

Accommodation et fatigue visuelle

L’accommodation permet d’augmenter la puissance optique du cristallin, de manière à ce que les rayons émis par des objets proches soient focalisés dans le plan de la rétine. Si le cristallin (jeune) n’était pas tendu en permanence par des ligaments (qui forme ce que l’on appelle la zonule), sa forme serait celle d’une lentille très bombée, et sa puissance optique maximale. Le cristallin dans un œil au repos est mis en tension, et sa face avant et sa face arrière sont moins bombées qu’à l’état relâché. L’accommodation nécessite la mise en jeu d’un mécanisme complexe, qui associée une contraction musculaire (muscle ciliaire), un relâchement des ligaments de la zonule, ce qui provoque un bombement du cristallin… tant que celui-ci conserve ses propriétés élastiques, qui malheureusement s’étiolent avec le temps, ce qui provoque en retour une baisse de l’amplitude d’accommodation au fil du temps (le cristallin bombe de moins en moins).

Pour être confortable et permettre une vision prolongée de près sans fatigue, on estime comme souligné plus haut que la totalité de l’accommodation mise en jeu pour corriger l’hypermétropie et permettre de voir net de près ne doit pas excéder la moitié (environ) de l’amplitude totale de l’accommodation du patient. Cet amplitude est élevée à la naissance, mais ne cesse de diminuer ensuite, car le cristallin perd sa souplesse au cours de l’existence. En moyenne, elle est de 8 dioptries à 30 ans, mais n’est plus que de 4 dioptries à 40 ans. Si les besoins visuels (loin et près) exigent une accommodation maximale de +2.50 à +3 Dioptries chez un patient hypermétrope pre presbyte dont l’amplitude d’accommodation n’est plus que de +4 Dioptries, les symptômes de fatigue visuelle peuvent apparaître : vision trouble par intermittence, maux de tête, rougeur oculaire, etc.

Prenons l’exemple d’un hypermétrope léger (latent) de + 2 D. Cet hypermétrope peut solliciter son accommodation pour voir net de loin : il accommode alors de  près de +2 D. Pour lire à 40 cm (0.4 mètre), il doit effectuer un effort supplémentaire de 1/0.4 = 2.5 Dioptries. Au total, l’accommodation nécessaire pour voir de près est proche de 4.5 Dioptries pour cet hypermétrope (elle ne serait que de 2.5  Dioptries chez un emmétrope qui n’a pas besoin d’accommoder pour voir net de loin).

hypermétropie latente et pré- presbytie

Hypermétropie latente et vision de près chez un pré presbyte: l’accommodation permet tojours à l’image d’une source éloignée d’être vue nette. Pour voir nette une source rapprochée, il faut accommoder encore. Si l’accommodation totale (celle nécessaire pour compenser l’hypermétropie et voir net de loin, ajoutée à celle nécessaire pour voir de près) dépasse l’amplitude d’accommodation résiduelle, la vision de près devient floue.

 

Asymptomatique jusque-là, un hypermétrope de +2 Dioptries dépassant la trentaine peut ressentir une fatigabilité accrue en vision de près ; pour autant, il n’est pas encore presbyte, car son amplitude d’accommodation est largement supérieure à +5 Dioptries.

Toutefois, à la quarantaine,  quand l’amplitude d’accommodation résiduelle devient inférieure à 4 Dioptries, l’effort accommodatif nécessaire pour voir net de loin (+2 D) dépasse la moitié de l’amplitude d’accommodation résiduelle : la vision de loin se brouille en fin de journée, et la vision de près devient très difficile voire impossible sans correction en lunettes.

hypermétropie décompensée par la presbytie

Quand la presbytie s’installe, l’amplitude d’accommodation ne permet plus de corriger l’hypermétropie, qui de latente devient manifeste: la vision de loin est floue, de même que la vision de près.

Une prescription de verres correcteurs de loin puis progressifs (loin + près) doit être effectuée. Ce patient, qui voyait bien de loin et de près sans effort ni fatigue visuelle jusqu’à la trentaine ou quarantaine devient rapidement dépendant à la correction optique. S’il arrive à se passer de lunettes en vision de loin, sa mauvaise vision de près l’oblige à mettre des lunettes pour accomplir toutes les tâches visuelles de près de la vie courante. Lecture, bricolage, visualisation d’écran de tablettes et smartphones, d’étiquettes, de plans, de menus de restaurant… sont impossible sans lunettes.

Ainsi, l’hypermétropie latente est un état où la distinction entre presbytie débutante et hypermétropie chez un pré-presbyte est parfois difficile. Quand on mesure la réfraction d’un faible hypermétrope, il faut s’attacher à utiliser des techniques dites de « brouillage » qui ont pour but de réduire au maximum l’accommodation.

On peut également utiliser des collyres dits « cycloplégiques »  pour paralyser l’accommodation (cycloplégie). On utilise d’ailleurs ces collyres chez l’enfant, qui accommode très facilement et parfois de manière très importante… ce qui peut dissimuler de fortes hypermétropies.

Effets des verres de lunettes

On peut montrer que pour une même valeur absolue de correction (ex : +3 D vs -3 D) les hypermétropes corrigés pour la vision de loin par des verres convexes ont, à amplitude d’accommodation résiduelle égale, un effort accommodatif supplémentaire à faire pour voir de près par rapport aux myopes corrigés pour la vision de loin par des verres concaves. Ce facteur explique que les jeunes hypermétropes presbytes ont besoin d’une correction un peu plus forte que les jeunes myopes presbytes pour la vision (l’addition) de près.

Ainsi, après une période ou le vue était souvent excellente,  les faibles hypermétropes ont besoin d’une correction en vision de loin entre 35 et 40 ans, puis d’une correction de près pour corriger la presbytie dès la quarantaine.

 

Correction chirurgicale de l’hypermétropie presbytie

Le LASIK hypermétropique est la technique chirurgicale la plus indiquée pour la correction de l’hypermétropie faible à modérée (jusqu’à +3.50 D) chez le jeune presbyte (40-55 ans). Non seulement le LASIK est efficace sur la vision de loin, mais cette technique favorise la récupération d’une acuité visuelle de près non corrigée car elle induit naturellement un certain degré de multifocalité cornéenne.

Ainsi, les hypermétropes presbytes dont l’hypermétropie est comprise entre +1.50 D et 3 D sont de bons candidats potentiels à la chirurgie réfractive par LASIK, car l’effet synergique de la correction de la vision de loin sur la vision de près permet de maximiser leur indépendance aux verres correcteurs en post opératoire.  Cet effet peut être potentialisé par certains ajustements effectués lors de la chirurgie : par exemple, la taille de la zone optique programmée peut être modulée pour accentuer l’effet multifocal de la correction, et un peu plus de correction sur l’œil non dominant permet d’augmenter la vision de près de ce côté.

Ainsi, la profondeur de champ de l’œil hypermétrope opéré en LASIK augmente notablement en postopératoire.  Les ajustements destinés à accroitre la multifocalité naturelle induite par les corrections en LASIK de l’hypermétropie sont parfois combinés et présentés comme une technique de « presbyLASIK ». Les contours de ce terme sont assez flou, car la correction de l’hypermétropie (vision de loin) est une source de multifocalité, et que les differences entre multifocalité et monovision sont parfois subtiles: un certain degree de « surcorrection » est toujours accompli du côté de l’oeil non dominant avec ces techniques.. Les techniques de « presbyLASIK » comme le Supracor sont majoritairement proposées et délivrées chez des presbytes hypermétropes. Le Supracor est un algorithme délivrant un profil d’ablation asphérique pour induire une multifocalité chez l’hypermétrope presbyte.

Certaines plateformes laser( ex : Alcon/Wavelight)  permettent de viser une asphéricité particulièrement négative pour le profil cornéen postopératoire, par un ajustement du facteur d’asphéricité de la cornée (communément appelé « facteur Q »). Un nomogramme (agorithme) de traitement peut être développé à partir de cette fonctionnalité que la société Alcon/Wavelight appelle « custom -Q », pour la correction de la presbytie et de l’hypermétropie. L’auteur de ce site a développé une technique non empirique qui permet de réaliser une correction asphérique multifocale pour l’oeil non dominant des hypermétropes presbytes (ici, en anglais).  D’autres plateformes laser (Zeiss / « Laser blended vision » rebaptisé « Presbyond ») proposent également des modalitées de traitement adaptées à la correction de la presbytie, et sont plus particulièrement adaptées aux hypermétropes presbytes, mais les mécanismes mis en jeu ne sont pas dévoilés.

Dans la grande majorité des cas, il faut retenir que la multifocalité induite par le LASIK hypermétropique est principalement liée à une augmentation du taux d’aberration sphérique négative, elle-même secondaire à l’induction d’un profil asphérique hyper-prolate après chirurgie.

La pose d’un implant cornéen KAMRA est également une technique particulièrement intéressante chez les presbytes faiblement hypermétrope : elle permet d’augmenter la profondeur de champ de l’oeil où l’implant est posé (oeil non dominant).

Certains patients hypermétropes ont été myopes dans le passé, et opérés de kératotomie radiaire, qui était une technique de correction de la myopie fondée sur des incisions cornéennes. Une complication courante de cette technique est l’apparition d’une surcorrection progressive (la surcorrection d’une correction pour myopie induisant une hypermétropie). Ces patients, opérés à la fin des années 80 et au début des années 90, ont aujourd’hui atteints ou dépassé l’âge de la presbytie. Ils peuvent faire l’objet d’une correction par PKR, qui est efficace pour réduire leur dépendance aux lunettes en vision de loin et de près.

 

En conclusion, l’hypermétropie est la presbytie potentialisent leurs effets négatifs sur la vision de loin et de près vers la quarantaine. Cependant, quand elle est réalisable, la correction chirurgicale en LASIK induit un effet synergique bénéfique pour restaurer une indépendance à la correction optique chez ces patients.

 

 

 

 

 

43 réponses à “Hypermétropie et presbytie”

  1. Samikos francoise dit :

    BonsOir,
    J ai 57 ans et je suis hypermetrope +6,50 D Det +7,00 D et bien sure vu mon age je suis presbyte.
    Je voudrais savoir quelles sont les possibilités pour rectifier ces défauts de vision pour avoir un confort maximum, et quels seraient leur couts.
    Merci de me repondre.
    Cordialement.

  2. Dr Damien Gatinel dit :

    Etant donné le degré de l’hypermétropie et le fait que vous ayez une presbytie totale, la chirurgie du cristallin paraît plus indiquée que la correction laser. La pose d’implants multifocaux est une option intéressante si vous souhaitez ne plus porter de lunettes ni de loin, ni de près, et ni en intermédiaire (avec les implants trifocaux). Au coût de la chirurgie (variable selon les centres, les chirurgiens, et qui en théorie devrait être à votre charge si effectivement vous n’avez pas de cataracte), s’ajoute celui des implants multifocaux.

  3. CORDIER dit :

    Bonjour,

    J’ai une hypermétropie récente corrigée depuis mon enfance (latente) et une presbytie qui m’oblige depuis deux ans à porter des verres progressifs puisque mes yeux sont trop secs pour que je puisse porter des lentilles. Ces lunettes me gènent d’une manière générale.
    Mes corrections sont :
    – oeil droit +1.25 (+0.25) Add +2.25
    – oeil gauche +1 (+0.25) add + 2.25

    Est-il envisageable un traitement laser pour éliminer ces défauts? Si oui quel est l’ordre de prix à envisager pour ce traitement? Faut-il prévoir une chirurgie?

    Merci par avance de vos réponses.

  4. Dr Damien Gatinel dit :

    La correction conjointe de l’hypermétropie et de la presbytie en chirurgie laser est possible et présente certains avantages, comme l’effet synergique sur la vision de près de la correction de l’hypermétropie (défaut visuel de loin). Cette page en expose les pirncipes.
    Dans votre cas, cette hypermétropie est faible et ne pénalise pas véritablement la vision de « très » loin (20 mètres et plus). Mais elle gêne la vision plus rapprochée (intérmédiaire et de près, en raison de la presbytie qui réduit la capacité de l’oeil à « forcer » pour mieux voir). Corriger votre vision de loin apportera un gain en vision intermédiaire, et aussi un peu en vision de près, mais le port de verres correcteurs demeurera nécessaire pour la lecture de petits caractères d’imprimerie. Il peut s’avérer intéressant de tester une correction en monovision en lentilles de contact (bascule), où l’oeil non dominant sera surcorrigé pour mieux voir de près (mais moins bien voir de loin). Enfin, la sécheresse oculaire doit être évaluée de manière objective lors de l’examen. Si elle n’est pas compliquée de kératite ou d’autre lésion de la surface cornéenne, vous pourrez bénéficier de l’intervention (qui ne manquera pas d’accentuer au moins transitoirement cette sécheresse). Si vous présentez une kératite sèche ou des signes de gravité, il est peut être préférable de reconsidérer l’intérêt d’une chirurgie de l’hypermétropie presbytie. Le coût de la chirurgie varie en fonction des centres et des praticiens, il varie généralement entre 2500 et 4000 euros pour les deux yeux dans les centres bien équipés où les plateformes laser sont récentes et disposent des options technologiques permettant d’optimiser le résultat de ce type de chirurgie (centrage personnalisé, contrôle de l’asphéricité cornéenne, prise en compte de la dynamique pupillaire, etc.)

  5. Dufour dit :

    Bonjour
    Une opération hypermétropie non envisageable due à une épaisseur de cornée trop fine est elle possible avec des implants ?

  6. Dr Damien Gatinel dit :

    Si vous faites référence aux implants dits « phakes », de chambre antérieure ou postérieure, leur usage est possible mais potentiellement déconseillé dans le cadre de l’hypermétropie, ou le volume oculaire est restreint (oeil « court ») et les risques de contact excessif avec les tissus oculaires sont accrus. En revanche, en cas de cataracte débutante ou avérée, ou de « gros cristallin » après la quarantaine, il peut être judicieux de procéder à une chirurgie du cristallin et de remplacer celui-ci par un implant pseudo phake. La technique effectuée est en tous points identique à celle de la chirurgie de la cataracte.

  7. Binette dit :

    bonjour
    ma prescription de mai 2016 est la suivante OD /+1.25 Add 1.75
    OG +1.75 (+0.50 à 140°) add 1.75
    j’ai 47 ans , lorsque j’enlève les lunettes et que je regarde la télévision par exemple , je ne vois pas les yeux du présentateur, c’est flou. Est-ce normal. il y a un an je n’avais pas ce problème , je l’ai eu après avoir changé de lunette.

  8. Claude dit :

    Bonjour Docteur, je vais avoir 53 ans dans 3 semaines, voici ma situation actuelle :
    OD SPH+2.00 CYL+0.50 Axis 170 Near Add +2.25
    OS SPH+2.25 Near Add +2.25

    Je voudrais savoir quelles seraient mes options (Laser (Lasik ou Lasek), implant … ou rester avec mes lunettes progressives) et le prix approximatif d’une intervention. J’habite en région parisienne et je voudrais savoir combien de jours de congés je devrais prévoir.
    Merci d’avance de votre aide.

  9. Dr Damien Gatinel dit :

    La première solution à considérer est celle du LASIK, qui peut corriger l’hypermétropie et en utilisant certains ajustements permettre également d’améliorer la vision de près sans lunettes (correction de la presbytie). Le coût de ce type de chirurgie pour les deux yeux est généralement compris entre 1300 et 1700 euros par oeil. Si un début de cataracte était présent, il pourrait être possible d’envisager une chirurgie de celle-ci, avec la pose d’implants multifocaux.

  10. Dr Damien Gatinel dit :

    Il est possible que le flou de loin soit lié à la décompensation d’une légère hypermétropie latente, événement fréquent lors de l’installation de la presbytie. Dans ces circonstances, la vision de (très) loin (ex: panneaux routiers) est conservée, mais pour ce qui des distances plus rapprochées (3 ou 4 mètres), l’hypermétropie pénalise effectivement la perception des détails fins. Auparavant, cette légère hypermétropie était compensée par un léger effort d’accommodation, qui est insuffisant aujourd’hui.

  11. mouhica dominique dit :

    Bonjour,
    Hypermétrope depuis toujours, s’ajoute aujourd’hui une légère presbytie débute. J’ai 42 ans.
    Ma correction à ce jour :
    Oeil droit : (165° -0,75) + 5,50, Addition + 0,75
    Oeil gauche (0° -0,50) + 5,50, Addition + 0,75
    Est-il vraiment nécessaire d’utiliser des verres progressifs à ce stade de presbytie ?
    Utiliser des verres progressifs maintenant ne va-t-il pas accélérer l’évolution de la presbytie ?

    Merci pour votre réponse.

  12. Dr Damien Gatinel dit :

    Les effets de la presbytie débutante sont plus marqués chez les hypermétropes, pour diverses raisons, dont le fait que la correction de loin (+5.50D) provoque un rapprochement apparent du plan de lecture et oblige à plus converger. Si vous peinez à lire sans cette addition de +0.75D, il est préférable de l’utiliser, ceci n’accélèrera pas l’évolution de la presbytie qui est un mécanisme plutôt passif (réduction progressive de la souplesse du cristallin).

  13. letourneau dit :

    bonjour Docteur,

    je porte des verres progressifs pour:
    oeil droit: Sphère + 2.75 – Cylindre: -0.75 – Axe: 10

    oeil gauche: Sphère + 2.75 – Cylindre: 0.75 – Axe: 155

    de quelle chirurgie je dépends?
    et que veut dire l’axe? pourquoi il n’est pas le même que l’autre oeil?
    suis-je une hypermétrope modérée ou accentuée?

    MERCI

  14. Dr Damien Gatinel dit :

    Votre hypermétropie est modérée. L’axe de l’astigmatisme n’est pas forcément identique entre les deux yeux même si l’on observe souvent un aspect en « miroir ». La technique phare pour la correction de votre hypermétropie est le LASIK.

  15. Mali dit :

    Bonjour docteur

    On ma prescris des lunettes de loin OD sphere +3.50 OG sphere +3.50 Add +2.50 D et G
    Je voulais savoir si je pouvais prendre les lunettes de lecture qu on vend dans les grandes surfaces.Merci

  16. Dr Damien Gatinel dit :

    Pour la lecture, la correction nécessaire pour la lecture dans votre situation correspond à la somme des puissances de près et de loin, soit +3.50 D + 2.50 D = +6.00 D.A ma connaissance, les corrections disponivles pour les lunettes vendues en grande surface ne dépassent pas +3.50 D ou +4.00 D, ce qui risque d’être insuffisant… à moins de chausser par exemple deux paires de +3.00 D, … ce qui ne pourrait être qu’une solution de dépannage.

  17. Mali dit :

    Bjr docteur
    Merci pour la reponse mais est il possible que j utilise un +3.50 pour de loin et un +2.50 pour de pres?

  18. M.Eric PETRONIN dit :

    Bonjour,

    Serait il possible de me dire quel type d’option LASIK me faudrait il pour une correction total ou partiel de ma vue en ayant les indication suivante:

    Ordonnance de lunettes du 06/09/2016
    Une paire de lunettes avec monture Progressif
    Oeil droit: +4.00(-2.75)175°
    Oeil gauche: +4.25(-2.50)20°
    Addition: +1.50

    Prendre en compte que mon métier est chauffeur routier ais que la vue de loin est primordial pour ce métier.

    Merci de me transmettre l’adresse du centre qui pourra réalisé cette intervention ainsi que le coup approximatif d’une tel intervention.

    Cordialement
    M. Eric PETRONIN

  19. Didier dit :

    Bonjour Docteur,

    J’ai 42 ans et je mets des lunettes progressives depuis un an. En lisant votre article, je me retrouve dans la définition d’hypermétrope presbyte.
    OD: SF +1.0 CIL -0.5 ADD: +1.25
    OG: SF +1.0 CIL -0.75 ADD: +1.25

    Etant donné que je supporte mal les lunettes progressives (confort plus ou moins bon en fonction de comment je les mets sur le nez), j’évalue la possibilité d’opérer.
    Est-ce faisable pour ce type de défaut, avec quelle technologie et avec quels potentiels résultats?

    Merci beaucoup.

  20. Dr Damien Gatinel dit :

    Une opération au LASIK est possible, dans la mesure où votre vision de loin se dégrade, par « démasquage » d’une hypermétropie qui était bien tolérée jusqu’à l’apparition de la presbytie. Les modalités de la correction précise dépendent de vos souhaits visuels plus particuliers (favoriser la récupération d’une bonne vision de loin plutôt que de près, ou l’inverse). Il est en tous les cas possible d’améliorer votre vision et réduire votre dépendance aux verres correcteurs, car la correction de l’hypermétropie est synergique avec celle de la presbytie. Un bilan préopératoire demeure nécessaire pour confirmer votre égibilité et l’intérêt d’une correction.

  21. Dr Damien Gatinel dit :

    La correction de la vision de loin devrait considérablement réduire votre dépendance aux verres correcteurs et simplifier votre correction. Plusieurs stratégies sont possibles, mais votre profession impose un résultat optimal en vision de loin a priori. Il est également important à limiter les effets visuels indésirables (ex: halos) en postopératoire. De fait, un bilan préopératoire précis est nécessaire pour s’assurer de la faisabilité d’une correction optique, dans les meilleures conditions. Une correction résiduelle pour la vision de près (lecture) sera probablement nécessaire en postéopératoire.

  22. Ako dit :

    Bonjour

    Je suis hypermétrope de naissance. Je porte des lunettes en +16.50 ou des lentilles en +24.50 (rayon 7,40 – diamètre 13,20).
    J’ai eu un strabisme divergent et convergent enfant, qui s’est corrigé sans chirurgie, je suis amblyope de l’oeil gauche et j’ai un nystagmus congénital et une microphtalmie de longueur sur les deux yeux.

    Depuis l’année dernière on tente de m’équiper en rigide, sauf que tous les essais se sont soldés par un échec. On ne sait pas vraiment pourquoi, poids ou forme de l’oeil mais elle se décale en temporal bas. Après la 20éme j’avoue avoir abandonné.

    Je ne devrais normalement pas porter de lentilles souples mais c’est pour le moment ma seule solution viable.

    On m’a également parlé d’implant que je refuse. Je n’ai « qu’un oeil » plus ou moins valide et je trouve l’opération beaucoup trop risqué au vu de mon age (30 ans).

    Je sais que le laser est normalement réservé au faible hypermétropie mais si je gagne +6 ou +2 par exemple, mes lunettes quotidiennes seraient bien plus portable qu’actuellement. Est ce envisageable ? J’ai cru comprendre que ça pouvait ne pas durer dans le temps mais ça serait toujours ça de gagné.

    On m’a également dit que normalement la cornée des hypermétrope était assez plate, hors la mienne est plutôt bombée. Est ce que ça peut-être un facteur pénalisant ?

    En vous remerciant :)

  23. Dr Damien Gatinel dit :

    Malheureusement une correction au laser ne permettrait pas d’améliorer significativement la vision dans votre cas. Une chirurgie de la cataracte, plus tard, pourra réduire fortement cette hypermétropie, mais pour l’instant il faut attendre et essayer de trouver une solution en lentilles. Le fait que la cornée soit bombée traduit en fait la « petitesse » de votre oeil (faible longueur totale, et faible rayon de courbure de la cornée).

  24. canelle dit :

    Bonjour

    J’ai 43 ans et je suis hypermétrope. Je suis corrigée OD : +2,75 et OG : + 2,25. Depuis quelques semaines je ressentais une grosse fatigue oculaire avec un clignement permanent du muscle en dessous de ma paupière gauche. Lorsque je ferme mon oeil droit avec le port de mes lunettes, ma vue de près est troublée de même pour l’oeil gauche lui fortement trouble et l’après midi je vois très mal de 20 à 40 cm. Je me suis rendue chez l’opticien qui m’a refait un test de vue et il ma conseillé des progressives : Oeil droit : +2,50 (+0,50) 180° Add +1.00 et l’oeil gauche + 2,25 (+0,50) 180° Add +1.00. Je ne comprends pas cette nouvelle correction, pouvez vous m’éclairer ? pourquoi m’a t’il baissé ma correction ?. D’autre part, je me demandais si une opération laser pourrait m’être bénéfique et me permettrait de ne plus porter de lunettes. MERCI BEAUCOUP pour votre réponse

  25. Dr Damien Gatinel dit :

    Vos symptômes visuels traduisent l’installation de la presbytie, qui se caractérise par une réduction de la puissance accommodative qui ne permet plus de voir net, même en forçant, à une distance de lecture convenable (30 à 40 cm). La presbytie est accentuée par votre hypermétropie. La correction que l’on vous a precrite n’est pas moins forte, mais elle comporte la correction d’un astigmatisme bilatéral modéré (+0.50 x 180°), ainsi que de la presbytie débutante (Addition +1.00). La chirurgie au laser, en particulier dans la variante LASIK, est potentiellement indiquée chez l’hypermétrope devenu presbyte. La correction de la vision de loin soulage d’une partie des efforts accomplis pour la vision de près. Il est également possible de discuter une technique de monovision et/ou multifocalité associée, qui permet de favoriser la vision de près d’un oeil, pour anticiper sur l’évolution de la presbytie.

  26. canelle dit :

    Merci pour votre réponse. Vous pensez donc que ma nouvelle prescription de lunettes progressives va me permettre de ne plus voir trouble de près ? Sinon je voulais savoir ce que vous pensez de l orthokératologie et si ce serait possible pour mon cas. Merci.

  27. Dr Damien Gatinel dit :

    Il n’y a pas de raisons qu’un équipement en lunettes bien réalisé ne puisse vous permettre de bien voir de près et de loin. Les indications de l’orthokeratologie pour la presbytie ne sont pas très bien codifiées, vous pouvez toujours essayer cette solution, mais elle ne vous ne donnera pas a priori le même confort visuel que la correction en lunettes.

  28. donat thierry dit :

    Bonsoir Docteur, j’ai 54 ans et suis hypermétrope léger et désormais presbyte, ma vision de loin , de proximité et de près est trouble, je porte des lunettes progressives ( correction : OD +0175 add225, OG+0125 add225) qui me permettent de voir correctement et que je supporte bien, cependant, pour plus de confort dans mon milieu professionnel, je travaille sous l’eau , j’aimerai savoir si une chirurgie réfractive laser serait intéressante pour moi. Après intervention, combien de temps doit on rester sans pouvoir faire de plongée sous marine.
    d’avance merci.

  29. Touchet Marie Hélène dit :

    Bonjour, suite à la dernière visite chez mon ophtalmo (13/12/2016), j’avais très mal lorsque je bougeais les yeux et des maux de tête, elle m’a trouvé une sécheresse oculaire (j’ai une PR depuis fin 2011). Je porte des verres progressifs (œil d. sphère + 2.50, cyl -0,50, axe 80°, add 2,75 et œil g. seul l’axe diffère à 90 °) mais je souhaitais stopper les lunettes et me faire opérer. Elle m’a dit que ce n’était pas possible avec ma pathologie. Grosse, grosse déception ! Laser, implants ? N’y a t il vraiment pas d’autre possibilité que le port de lunettes ? Merci pour votre aimable réponse.

  30. Dr Damien Gatinel dit :

    Pour vous donner une réponse plus précise, il est nécessaire de vous examiner. Si la polyarthrite rhumatoide provoque une sécheresse symptomatique et une kératite sèche, alors il est effectivement probable que la chirurgie réfractive au laser ne soit pas la meilleure solution; une chirurgie du cristallin pourrait être plus indiquée. Un bilan plus détaillé pourra quantifier la présence (ou exclure) une diffusion lumineuse du cristallin (cataracte débutante), et bien entendu faire le point sur la sécheresse oculaire.

  31. Dr Damien Gatinel dit :

    Une correction laser pourrait effectivement être une option intéressante vis à vis de votre correction actuelle. La plongée sous marine est possible après la chirurgie réfractive (un mois après LASIK).

  32. Bodin dit :

    Bonjour
    Pour mon œil droit il est noté +5.25 (- 1.75) 100°
    Pour mon œil gauche il est noté +5.25 (- 2.50) 97°
    Addition : +2.25
    J’ai 64 ans et ma question est : Puis je me faire opérer pour éviter les lunettes?
    Merci

    Alain Bodin

  33. Dr Damien Gatinel dit :

    Une intervention de correction au laser est possible pour corriger la vision de loin, mais il est peut être préférable d’opter pour une chirurgie du cristallin, si vous présentez une cataracte débutante en particulier, il est nécessaire de réaliser une consultation chez un ophtalmologue spécialisé pour trancher.

  34. Cathleg dit :

    Bonjour,
    J’ai 62 ans et voici ma dernière correction, qui n’est pas encore faite :
    OD : +0,75 (-0,25 à145°) +2,75
    OG : +0,50 (-0,25 à 20°) +2,75
    Je suis très migraineuse. J’étais à +1,5 et + 1,75 de loin en 2014.
    Une amie orthoptiste m’affirme que je spasme trop fort, que ces valeurs d’hypermétropie ne correspondent pas à mon âge, que surement elle est bien plus haute (+2 à +3, peut-être plus encore) ?
    Sous skiacol, pas de vraies différences de valeurs. A peine plusss…
    Que de réduire la correction d’hypermétropie va dans le « mauvais » sens ! Qu’il faudrait faire lâcher les muscles ? Comment ?
    Y-a -t-il une relation entre âge et hypermétropie qui s’applique aux personnes presbytes ? Est-il normal que cela semble s’améliorer ? C’est vrai que de loin, je vois quasi bien…
    Bref peut-on avoir une vue de loin presque bonne, sans forcer à 62 ans ?
    D’avance merci.

  35. Dr Damien Gatinel dit :

    La première cause de réduction de l’hypermétropie à la soixantaine est la survenue d’une cataracte nucléaire. Dans cette situation, le noyau du cristallin devient plus dense. Son indice de réfraction (et donc sa puissance optique) augmente. Cette augmentation du pouvoir optique du cristallin corrige une partie de l’hypermétropie. Dans les formes débutantes, il n’y a pas toujours de symptômes visuels, mais la cataracte nucléaire finit par procurer une sensation de voile, et la nécessité d’éclairer plus fort pour voir de près. Un examen ophthalmologique détaillé pourra confirmer cette hypothèse.

  36. BRANDAO dit :

    Bonjour,
    Voici ma correction
    Oeil droit Sphère +3,00 Cylindre +0,50 Axe 25 Add.1,25
    Oeil gauche Sphère +4,50 Cylindre +1,00 Axe 130 Addis-Abeba. 1,25.
    Ma question est ce qu’une opération pourrait m’apporter du mieux et puis je porter des lentilles occasionnellement ?
    Merci pour votre réponse.
    Fatima

  37. Dr Damien Gatinel dit :

    Vous êtes hypermétrope, légèrement astigmate et presbyte. Ces défauts se corrigent en lunettes, en lentille, et en chirurgie (LASIK). L’intérêt plus particulier de la correction de l’hypermétropie est qu’elle est synergique avec celle de la presbytie. La vision de loin et la vision de près sont améliorées, ce qui permet de réduire fortement (parfois complètement, en fonction des activités), la dépendance aux verres de lunettes.

  38. lasala dit :

    bonjour,
    Voici ma correction: OD +0125 (+025)040 Add 250
    OG -0150 (+375)090 Add 250
    Est ce qu’une chirurgie des yeux et quelle chirurgie me permettrait de voir de loin et de près sans porter des lunettes.
    Merci par avance de votre réponse
    Jean-Pierre

  39. Dr Damien Gatinel dit :

    La technique de LASIK est susceptible de vous procurer une amélioration globale, mais pour voir net de près et de loin, il faut effectuer une correction différenciée entre les deux yeux. Une correction de la seule vision de loin peut apporter une amélioration en vision intermédiaire (et aussi un peu de près), et ceci peut vous procurer une indépendance partielle à la correction en lunettes. Un bilan préopératoire est nécessaire pour vérifier votre opérabilité et faire le point sur les objectifs de l’intervention.

  40. Lagier André dit :

    Bonjour,

    Docteur voici ci dessous ma correction:

    OD
    sphére +0.00
    cylindre -0.25
    axe 120°
    addition 2.50

    OG
    sphère +0.25
    cylindre -0.25
    axe 120°
    addition 2.50

    suis je opérable et dans l’affirmative est-ce que je n’aurais plus besoin de correction.
    merci pour votre réponse

  41. Dr Damien Gatinel dit :

    Vous êtes presbyte, sans véritable défaut optique en vision de loin (correction minime). Au laser, il est possible de programmer une monovision (myopisation de l’oeil non dominant) mais il faut tester le confort de ce type de stratégie en lentille de contact. Si vous souffrez un jour d’une cataracte, la pose d’implants trifocaux pourrait être indiquée pour vous procurer l’indépendance aux lunettes que vous demandez.

  42. Barrières Christian dit :

    Bonjour docteur,
    J’ai 60 ans et mon ophtalmologie diagnostique une hypertrophie et une presbytie.
    J’ai aussi les yeux qui pleurent tout le temps .
    La luminosité de jour comme de nuit m insupporte .
    Le port de lunette de loin et de près me font encore plus pleurer les yeux .
    Diagnostic : OD +0175 (+025)165 Add250
    OD+0125. Add250
    Un ami me conseille de me faire opérer et de me faire changer le cristallin par des implants TRIFOCALE .
    Cet ami l’a fait à 60 ans et cela fait 6 ans qu’il en est ravi .
    J’ai besoin de savoir si cette opération est valable pour moi et si les yeux ne pleureront plus ?
    Cordialement

  43. Dr Damien Gatinel dit :

    La chirurgie du cristallin avec remplacement par des implants trifocaux est une option intéressante pour la correction de l’hypermétropie et de la presbytie. Cependant, la chirurgie de la cataracte (ou du cristallin clair – désignation plus pertinente s’il n’y a pas de cataracte, la chirurgie étant toutefois identique à celle de la cataracte) ne résout pas les problèmes de larmoiements, et de photophobie (gêne à la luminosité). Il faut que vous consultiez un ophtalmologiste pour éclaircir l’origine de ces symptômes qui ne sont pas a priori liés à votre port de lunettes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *