Dioptries et dixièmes

Dioptries et dixièmes expriment deux quantités différentes.

Les dioptries

Les dioptries (unité de puissance optique ou vergence) quantifient l’importance d’un défaut optique comme la myopie, l’hypermétropie, l’astigmatisme où la myopie. Un myope de -2 D voit net sans effort à 1/2 = 0.5 mètres (50 cm). Un myope de -4 D voit net sans effort à 1/4 = 0.25 mètres (25 cm). On conçoit que plus la myopie est importante, plus l’acuité visuelle de loin va être réduite.

Les dixièmes

Les dixièmes permettent justement de quantifier l’acuité visuelle en vision de loin (ex : 10/10, 8/10, etc.). Cette acuité est mesurée pour un contraste « maximal » (les lettres sont noires sur fond blanc). L’acuité visuelle est liée au pouvoir séparateur de l’oeil, qui repose sur l’angle de résolution minimum (Minimum Angle of Resolution: MAR) permettant de séparer deux points (voir : calcul du MAR, et MAR).

Dioptries de myopie et perte de dixièmes

Toutefois, une myopie de 1D ne fait pas forcément perdre le double de dixièmes qu’une myopie de 2D… Il n’existe pas de formule simple pour effectuer une conversion de dioptries en dixièmes. Bien évidemment, plus le nombre de dioptries figurant sur la formule des verres (ou des lentilles) est élevé, plus le nombre de dixièmes sera faible, mais on ne peut établir une relation de proportionnalité.

On estime en général que :

Une myopie de -0.25 D réduit l’acuité à 9/10

Une myopie de -0.50 D réduit l’acuité à 7/10

Une myopie de -1 D réduit l’acuité à 4/10.

Une myopie de -1.25 D réduit l’acuité à 2/10

Rôle du diamètre pupillaire

Ces valeurs (nombre de dixièmes pour tant de dioptries de myopie) varient en fonction du diamètre pupillaire : plus la myopie est importante, et plus les rayons issus d’un point situé au lointain convergent en avant de la rétine. De ce fait, pour une même myopie, plus le diamètre pupillaire est grand, et plus la largeur de la tache que ces rayons divergents forment sur la rétine est importante.

 

myopie flou rétinien diametre pupillaire

Représentation de l'étendue du flou rétinien engendré par une source lumineuse ponctuelle éloignée, en fonction du diamètre de la pupille chez un oeil myope. Quand la pupille se dilate (ex : la nuit), le diamètre du faisceau lumineux collecté par la pupille augmente. La géométrie de la figure explicite l'augmentation du flou rétinien, de part l'extension spatiale du bouquet de rayons au delà du foyer situé en avant de la rétine (myopie). L'étendue du flou (exagérée) est représenté par la double flèche. En clinique, l'existence d'aberrations de haut degré participe également à l'augmentation du flou rétinien.

C’est pour cela que les myopes voient moins bien le soir et la nuit (la baisse de la luminosité provoque une augmentation du diamètre de la pupille). Certains myopes faibles (ex : -0.50D) se passent volontiers de lunettes dans la journée, mais ne peuvent s’en passer pour conduire la nuit.

On peut estimer que la taille de cette tache est égale à Dp x M/60 où Dp est le diamètre de la pupille, et M la myopie de l’œil.

Par exemple, pour un œil myope de 1 D et un diamètre pupillaire de 4 mm, la tache d’éclairement est égale à 1 x 4 /60 soit 0.066mm (66 microns). Plus cette tache grandit, et plus le pouvoir de résolution de l’œil est réduit. Pour séparer deux points (c’est le pouvoir séparateur), il faut que leurs images rétinienne soient séparées d’une distance au moins égale à la moitié de leur diamètre (ici 33 microns).

L’angle MAR (Minimum Angle of Resolution ou Angle minimum de Résolution ou AMR) est l’angle minimum pour séparer deux points observés. L‘angle MAR peut alors être estimé, en utilisant une longueur focale égale à 17mm: il vaut dans cet exemple 6.5 minutes d’arc, ce qui équivaut à une acuité visuelle théorique de 1/6.5=0.15 = 1.5/10. En pratique clinique, une myopie de -1 D est le plus souvent synonyme d’une acuité visuelle proche de 4 à 5/10: le calcul du MAR ne tient pas compte de certains facteurs neuro cognitifs (même vues floues, il est possible de deviner la nature des lettres présentées lors du test d’acuité visuelle).

Ces chiffres sont bien sûr approximatifs et issus de modèles géométriques simplifiés. Même vues « floues », les lettres peuvent demeurer identifiables: la lecture de lettres de taille variable (des plus grandes aux plus petites) est souvent utilisée pour quantifier l’acuité visuelle, et ce type de motif peut « faciliter » l’obtention d’une acuité visuelle un peu meilleure que celle qui serait prédite par la théorie. De nombreux travaux sont consacrés à l’étude des rapports entre aberrations optiques et acuité visuelle.

3 réponses à “Dioptries et dixièmes”

  1. Stephanie dit :

    Merci Docteur pour cet article!

    Mon fils de 6 ans avec tres forte hypermetropie depuis la naissance et a une acuite visuelle de 4/10. Il voit les avions dans le ciel, n’est pas perturbe en classe pour le moment (Grande section) mais il ne voit pas les visages au loin et ne lit clairement pas les premieres lignes des lettres sur le tableau de Snellen .. et cela cree un stress.

    Myope etudiante, expliquer que 4/10 revient a une myopie de -1D a tellement plus de sens pour moi!! et finalement un peu rassurant… Nous esperons qu’il pourra gagner en acuite dans les prochaines annees.

    Merci pour vos lumieres.
    Cordialement

  2. Moschenros Thomas dit :

    J’aimerais savoir quel est l’équivalent en dioptrie de d’une myopie de 600 degrés.

    Merci si possible de répondre à cette adresse mail: thom0899@gmail.com

  3. Dr Damien Gatinel dit :

    La myopie ne s’exprime pas en degrés, je ne peux malheureusement pas répondre à votre question qui est peut être mal formulée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *