+ +

Prévalence de la myopie

 

La prévalence correspond au pourcentage de myopes dans une population à un instant donné. La myopie apparaît généralement dans l’enfance, et il faut tenir compte que les études effectuées portent souvent sur des populations d’âge différent. La prévalence de la myopie augmente partout dans le monde, mais cette accélération semble plus forte en Asie.

Prévalence de la myopie chez les adultes

La prévalence de la myopie semble plus marquée pour les pays asiatiques.

Voici quelques chiffres correspondant à la prévalence de la myopie chez les adultes dans certains pays asiatiques :

Taiwan (Age > 65 ans) Prévalence : 19.4 % – Cheng (2003)

Japon (Age >40 ans) Prévalence : 41.8% – Sawada (2007)

Chine (Age > 40 ans) Prévalence : 22.9 % – Xu (2005)

Inde (Age > 40 ans) Prévalence : 34.6 % – Krishnaiah (2009)

Singapour (Age> 40 ans) Prévalence : 38.7% – Wong (2000)

Globalement, la prévalence de la myopie semble un peu moins forte dans les pays occidentaux :

USA (Age > 40 ans) Prévalence : 16.8 % – Tarczy-Hornoch (2006)

Australie (Age > 40 ans) Prévalence : 17% – Wensor (1999)

Norvège (Age > 40 ans) Prévalence : 30.3 % Midelfart (2002)

 

En France, il n’y a pas d’étude récente bien encadrée destinée à mesurer la prévalence de la myopie ; le syndicat des Ophtalmologistes Français (snof) rapporte le chiffre de 39% sans spécifier de tranche d’âge ni de mtéhodologie d’étude (échantillon, âge,etc.).

Les chiffres de prévalence  pour les études rapportées plus haut sont cependant indicatifs. Ils concernent des études portant sur des échantillons limités (quoique composés de plusieurs milliers d’individus). Il existe certaines limites ou différences comme le seuil de myopie choisi (le plus souvent définit comme supérieur à 0.5 D), la méthode de mesure de la réfraction, etc. De plus, il existe parfois une variabilité liée à l’origine ethnique au sein d’un même échantillon. Les Singapouriens adultes d’origine chinoise sont par exemple plus myopes que ceux d’origine indienne ou malaise.

 

Prévalence de la myopie chez les enfants

 

La différence de prévalence de la myopie chez les enfants asiatiques vis-à-vis des enfants occidentaux est plus marquée que chez les adultes. Cette différence est toutefois modulée en fonction de certains facteurs environnementaux : elle s’accentue en milieu urbain et s’atténue en milieu rural.

Chez les enfants Chinois élevés en milieu urbain, la prévalence de la myopie augmente de 5.7 % (5 ans) ) 30.1% (10 ans) puis 78.4% (15 ans) (He et coll.Refractive error and visual impairment in urban children in southern china. Invest Ophthalmol Vis Sci 2004; 45:793–799). Effectuée en milieu rural dans le nord de la Chine, une étude de méthodologie similaire a retrouvé une prévalence de la myopie quasi nulle à l’âge de 5 ans, et de 55.0% à l’âge de 15 ans (Zhao et coll. Refractive error study in children: results from Shunyi District, China. Am J Ophthalmol 2000; 129: 427–435). Ces chiffres sont toutefois supérieurs à ceux measures dans d’autres regions du monde.

En Afrique du Sud, la prévalence de la myopie a été mesurée à 9.6% à l’âge de 15 ans (Naidoo et coll. Refractive error and visual impairment in African children in South Africa. Invest Ophthalmol Vis Sci 2003; 44: 3764–3770). Au Chili, une étude a retrouvé une prévalence de la myopie de 19.4% pour les garçons de 15 ans, contre 14.7% pour les filles du même âge (Maul et coll. Refractive error study in children: results from La Florida, Chile. Am J Ophthalmol 2000; 129: 445–454). En Irlande du Nord, une etude conduit chez des enfants de race blanche a retrouvé une prévalence de la myopie égale à 2.8% dans la tranche d’âge 6-7 ans, et de 17.7% dans la tranche d’âge 12-13 ans (O’Donoghue et coll. Refractive error and visual impairment in school children in Northern Ireland. Br JOphthalmol 2010; 94: 1155–1159). Ainsi, pour des conditions environnementales identiques, la prévalence de la myopie est plus forte pour les enfants asiatiques que les enfants européens ou africains.

La prévalence de la myopie des enfants élevés en milieu urbain est supérieure à celle des enfants élevés en milieu rural. Ces données épidémiologiques suggèrent l’influence d’éléments génétiques et environnementaux comme facteurs de risques pour la myopie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *