+ +

le LASEK

LASEK : définition

Le LASEK est une technique dérivée de la PKR dont il partage les temps principaux ; à la différence que l’épithélium préalablement pelé (après application d’une solution d’alcool dilué) est repositionné à la surface de la cornée après délivrance du faisceau laser. Le LASEK est une technique dite de surface (absence de découpe de capot stromal)

LASEK : technique et principe

Cette variante de la PKR  été proposée il y a une dizaine d’années pour réduire la douleur et l’inflammation transitoire observée après les techniques de contact comme la PKR. La principale différence avec la PKR est que contrairement à celle-ci, l’épithélium décollé du stroma cornéen sous-jacent est reposé après délivrance du traitement par le laser excimer. L’idée était de permettre une cicatrisation plus rapide, les cellules épithéliales ré appliquées recouvrant immédiatement la zone ayant reçu le laser. Il était également attendu une réduction du risque de « haze ». Le haze est une opacification partielle du tissu cornéen stromal, lié à la présence d’organite inflammatoires dans les cellules de la cornée (kératocytes), et l’acquisition par ces cellules de propriétés contractiles, réduisant la régularité de la matrice extra-cellulaire (et donc sa transparence). La cascade biologique à l’origine de ces transformations cellulaires étant initiée par les interactions entre l’épithélium en division et les kératocytes, la repose de l’épithélium était sensée réduire le temps de contact entre cellules en division et les stroma cornéen. Les études cliniques bien conduites n’ont pas confirmé ce bénéfice.

Cette technique impose au chirurgien de décoller cet épithélium cornéen avec précaution, en essayant d’en former un feuillet continu. L’application d’alcool dilué à 20° pendant 20 secondes facilite le détachement de l’épithélium: l’éthanol dissout les structures permettant aux cellules basales du feuillet épithélial d’adhérer au stroma cornéen.

Le LASEK : résultats

Le bénéfice induit par le repositionnement du feuillet épithélial n’est pas clairement démontré, à la fois sur le plan du confort opératoire, et de la prévention de certaines complications comme le haze.  Cette déception a été mise sur le compte de l’effet toxique de l’alcool sur les cellules épithéliales. Le LASEK est aujourd’hui une technique délaissée au profit de la PKR (où l’épithélium n’est pas réapposé après photoablation). Toutefois, la technique de désépithélialisation à l’alcool peut être utilisée pour décoller rapidement et de manière atraumatique le feuillet épithélial cornéen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *