+ +

Halos lumineux nocturnes & aberration sphérique

Halos : définition

La survenue de halos lumineux nocturne est un effet indésirable rapporté après chirurgie réfractive cornéenne par LASIK ou PKR. Ils correspondent à la perception d’auréoles plus ou moins étendues autour des sources lumineuses, et sont généralement perçus dans les circonstances suivantes : tombée du jour, nuit, pièce peu éclairée, quai de métro, route de nuit… Dans ces circonstances, la pupille irienne se dilate, pour collecter plus de lumière: les rayons lumineux qui traversent la pupille en périphérie sont moins bien réfractés et contribuent à l’augmentation du taux d’aberrations optiques, et la dégradation de la qualité de l’image rétinienne.

halos nocturnes phares de voiture

Exemple de halos nocturnes autour des phares de voiture et lumières de signalisation.

En plus de la dilatation de la pupille, la haute dynamique des scènes visuelles contribue à l’augmentation de la perception  des halos : lumière vives se détachant bien sur un environnement plus sombre ; phares de véhicules, lampadaires, néons, etc.

L’examen par aberrométrie permet de confirmer l’origine optique des halos, et d’en pointer la cause, qui est le plus souvent liée à une élévation des aberrations optiques de haut degré (ex: aberration sphérique). L’aberration sphérique de signe positif est particulièrement impliquée dans la genèse des halos ressentis après chirurgie de la myopie.

Actuellement, la plupart des halos ressentis après chirurgie se dissipent en quelques jours ou semaines: leur incidence est faible car les traitements délivrés par les plateformes actuelles sont optimisés de manière à préserver le profil asphérique de la cornée (prolate),  et délivrés sur de plus larges zones optiques qu’il y a une décennie.

Causes des halos

Les halos peuvent être provoqués par deux types d’anomalies optiques:

1)      La réduction de la transparence des milieux oculaires : l’œdème de cornée est une source classique de halos (les halos  sont typiquement colorés ou irisés dans ce contexte). La survenue d’une cataracte peut s’accompagner de halos.

2)      L’augmentation du taux des  aberrations optiques de haut degré, au premier plan desquelles l’aberration sphérique.

Ces causes peuvent être associées: la cataracte nucléaire provoque classiquement une élévation des aberrations sphériques de signe négatif, et s’accompagne par définition d’une réduction de la transparence du cristallin.

Elevation de l’aberration sphérique oculaire

Les causes d’augmentation de l’aberration sphérique sont soit cornéennes (chirurgie réfractive, pathologie cornéenne) , soit cristalliniennes (cataracte nucléaire).

La chirurgie cornéenne de la myopie (LASIK, PKR) peut augmenter le taux d’aberrations sphériques positives :même quand l’asphéricité du profil cornéen est contrôlée par un traitement asphérique,  la cambrure périphérique induite par la zone de raccord avec la périphérie non traitée (géométrie oblate)  provoque systématiquement une augmentation de la vergence vers les bords de la zone optique.

représentation schématique de l'aberration sphérique positive;

Aberration sphérique d’un dioptre sphérique pour une source lumineuse située sur l’axe optique « à l’infini ». L’aberration sphérique correspond au fait que les rayons incidents éloignés de l’axe optique sont réfractés en avant du foyer principal paraxial. L’enveloppe des rayons réfractés est appelée caustique. L’aberration sphérique provoque un élargissement de la tache focale (PSF). Une lentille de courbure parfaitement sphérique engendre de l’aberration sphérique positive.

A l’inverse, la chirurgie  cornéenne de l’hypermétropie (cette chirurgie est réalisée grâce à la technique LASIK essentiellement) peut augmenter le taux d’aberrations sphériques négatives pour des raisons inverses : l’aplatissement marqué vers la périphérie de la zone optique (géométrie prolate) est source d’une réduction de la vergence vers la périphérie de la zone optique. Les rayons réfractés par les bords de la cornée sont focalisés plus loin que les rayons focalisés par le centre. Cette modulation peut être mise à profit pour compenser la presbytie: dans ce cas, il faut que les rayons centraux soient « myopes » (vision de près), la réduction de la vergence vers la périphérie assurant alors une emmétropisation (pour la vision de loin).  Les photoablations laser visant à induire une cornée hyperprolate reposent sur une « personnalisation du facteur d’asphéricité (facteur Q) ».

L’apparition d’une cataracte de type nucléaire est une cause classique d’élévation des aberrations sphériques négatives. En cas de cataracte nucléaire, il existe une augmentation de l’indice de réfraction du noyau du cristallin, ce qui provoque une « myopie d’indice » : le centre du cristallin possède un pouvoir optique (vergence) plus élevé que le cortex périphérique. Cette différence induit une aberration sphérique de signe négatif.

 Facteurs de risques de halos après chirurgie cornéenne

Les facteurs de risques de halos après chirurgie cornéenne de la myopie au laser excimer (LASIK ou PKR) sont :

–          Le degré de correction délivré : les halos sont rares en deçà de 5 dioptries de correction, car le raccord entre la zone centrale traitée (aplatissement) et la zone périphérique n’induit pas d’augmentation majeure de la courbure cornéenne.

–          Le type de correction délivré : les traitements asphériques, optimisés ou guidés par le front d’onde sont conçus pour réduire le risque de halos lumineux nocturnes

–          Le diamètre pupillaire : les halos sont nocturnes car la dilatation pupillaire augmente la proportion de rayons lumineux réfractés par la périphérie de la zone optique, voire la zone de transition où la courbure cornéenne subit une augmentation rapide (raccord entre la zone centrale « décambrée » et la zone périphérique non traitée).

 Exemple clinique: halos après chirurgie de la myopie

L’exemple clinique suivant est particulièrement illustratif : une  patiente a été opérée  de myopie (-5 dioptries) au début des années 2000, par un traitement laser de surface (PKR) délivré sur une petite zone optique (5 mm). Depuis l’intervention, la patiente signale des halos lumineux nocturnes gênants, qui la perturbent pour conduire la nuit.

Dans ces circonstances, les halos sont liés à une réfraction excessive des rayons lumineux périphériques:

comparaison emmétropie naturelle et post chirurgie réfractive aberration sphérique

Les deux yeux sont emmétropes, mais l’œil opéré de chirurgie réfractive présente un taux d’aberration sphérique positive plus élevé.

L’examen topo aberrométrique (OPD SCAN III, Nidek, Japon)  permet de mesurer :

– un profil cornéen oblate (facteur Q positif), générateur d’aberration sphérique positive d’origine cornéenne.

– une élévation marquée des aberrations optiques de haut degré de type aberration sphérique positive.

examen topo aberrométrique effectué par l'opd scan avec aberrations sphériques positives

Relevé topo aberrométrique effectué par le topographe aberromètre OPD SCAN (Nidek). A gauche, la carte de vergence oculaire locale révèle une zone centrale « emmétrope » (en vert) et une couronne de réfraction résiduelle myopique (en jaune/orange). Au centre, la carte de topographie cornéenne spéculaire montre un profil de type oblate: le centre de la cornée est moins cambré que la périphérie.
Les encadrés rouges soulignent: l’élévation des aberrations optiques cornéennes – pour un diamètre de pupille 6.44 mm en conditions mésopiques, l’asphéricité oblate (Q=0.89), l’aberration sphérique cornéenne (Cornea SA) de type positive et élevée (0.807 microns pour une zone de 6 mm). L’élévation des aberrations sphériques cornéennes positives est liée à la modification du profil cornéen: son caractère oblate induit une augmentation de la vergence des rayons périphériques.

La carte de vergence dans l’aire pupillaire reflète l’importance des variations de vergence entre le centre et les bords de l’aire pupillaire: la cambrure cornéenne antérieure plus marquée en périphérie induit une réfraction excessive des rayons, soit une « myopie annulaire » périphérique.

carte OPD aberrations sphériques post chirurgie réfractive

Variations de la réfraction au sein de la pupille chez une patiente opérée de myopie : on note une augmentation marquée de la vergence périphérique, alors que le centre de l’aire pupillaire est « emmétrope ». Quand la pupille possède un faible diamètre, les rayons lumineux convergent vers la fovéa et l’image est nette. Quand la pupille se dilate, s’ajoutent à ces rayons centraux un contingent de rayons périphériques qui convergent en avant de la rétine, puis divergent et réduisent ainsi le contraste de l’image formée sur la rétine.

Les cartes du front d’onde oculaire total, cornéen et interne permettent de quantifier l’élévation des aberrations sphériques pour les différents contingents de l’oeil:

cartes de front d'onde, aberration sphérique positive après chirurgie de la myopie

Cartes des front d’ondes oculaires, cornéens, et internes (soustraction entre les aberrations oculaires totales et cornéennes antérieures). Les aberrations de type sphérique prédominent (encadré) : elles sont principalement d’origine cornéenne antérieure. Noter l’aspect du front d’onde en « cocarde », et celui des des « Point Spread Function » (PSF) – flèches, qui rappellent la géométrie des halos perçus (couronne lumineuse autour d’un point central). Les aberrations internes compensent en partie les aberrations cornéennes (phénomène que nous avons décrit et publié: Gatinel D et coll. Comparison of corneal and total ocular aberrations before and after myopic LASIK. J Refract Surg. 2010 ;26(5):333-40.

L’origine de l’élévation des aberrations sphérique a pour siège la géométrie du dôme cornéen antérieur, que l’on peut visualiser en coupe:

profil cornéen oblate (coupe pentacam)

Profil cornéen visualisé en coupe par caméra Scheimpflug (topographe Pentacamn Oculus). A l’œil nu, il est difficile de juger de l’asphéricité du profil cornéen, qui est estimée à Q=+0.89 environ (profil oblate). Le profil du sommet d’une ellipse oblate de même asphéricité positive (0.89) est représenté en bas. Le profil oblate est générateur d’aberrations sphériques de type positif.

La décomposition du profil cornéen antérieur en polynômes de Zernike retrouve sans surprise une augmentation des termes avec symétrie de révolution liés aux « aberrations sphériques »:

termes de zernike décomposition pentacam

Décomposition de la surface cornéenne antérieure en termes de Zernike (topographe Pentacam): ces termes ne correspondent pas directement à des aberrations optiques, mais au profil cornéen: ils traduisent la déviation de la surface cornéenne vis-à-vis d’une surface ellipsoidale de référence. Les termes les plus élevés correspondent à ceux qui permettent de « modéliser » le profil oblate de la cornée antérieure : aberration sphérique de 4e ordre (n=4), et de 8e ordre (n=8).

Pour remédier à ces halos, il est possible de préconiser d’éclairer l’habitacle du véhicule en conduite de nuit (en allumant les lumières intérieures comme un plafonnier). Certains collyres comme la brimonidine (Alphagan) permettent également de réduire l’augmentation du diamètre pupillaire en conditions mésopiques. Dans certains cas, une reprise chirurgicale peut être proposée (élargissement de la zone optique).

Halos après correction de la myopie en orthokeratologie

L’orthokératologie permet de corriger temporairement la myopie faible et moyenne: cette technique repose sur le port pendant la nuit de lentilles de contact rigides, qui provoquent un remodelage de l’épithélium de la cornée dans sa portion centrale et paracentrale. L’épithélium de la cornée se renouvelle rapidement, et l’induction d’une compression centrale prolongée au court de la nuit cause un amincissement central, et une hyperplasie périphérique. La courbure centrale diminue (aplatissement) et ceci permet de corriger la myopie (réduction de la vergence cornéenne), pendant les 24h à 36h après retrait de lentilles le matin.

Coupe horizontale de la cornée en OCT haute résolution (Zeiss Cirrus) après port de lentilles Menicon Z Night pour la correction d'une myopie faible. L'appui nocturne avec la lentille provoque une redistribution de la couche épithéliale, qui s'amincit au centre. Cet aplatissement provoque une réduction de la courbure centrale de la cornée (aplatissement relatif, et réduction de la puissance optique du dioptre cornéen).

Coupe horizontale de la cornée en OCT haute résolution (Zeiss Cirrus) après port de lentilles Menicon Z Night pour la correction d’une myopie faible. L’appui nocturne avec la lentille provoque une redistribution de la couche épithéliale, qui s’amincit au centre. Cet aplatissement provoque une réduction de la courbure centrale de la cornée (aplatissement relatif, et réduction de la puissance optique du dioptre cornéen).

L’orthokératologie ne permet pas de contrôler directement l’asphéricité du profil cornéen, et celui-ci adopte toujours une géométrie oblate, provoquant une élévation de l’aberration sphérique positive. L’aplatissement induit par le port nocturne est maximal au centre de la cornée mais décroît rapidement (il provoque une inversion de l’asphéricité cornéenne qui devient oblate).

L’exemple suivant correpond à celui d’une patiente trentenaire, initialement myope de -2.50 D, corrigée depuis plusieurs mois par le port orthokeratologique (la nuit) de lentilles rigides (Menicon Z-night) et qui ne pouvait plus conduire en raison de l’induction de halos nocturnes important. Dans les 24h suivant le retrait des lentilles, son acuité visuelle était de 12/10e sans correction. L’examen comparatif topo-aberrométrique (OPDscan III) permet d’illustrer les conséquences d’une élévation de l’aberration sphérique positive liée à un profil cornéen excessivement oblate. La zone optique fonctionnelle (permettant aux rayons lumineux issus de sources lointaines d’être focalisés sur la rétine) étant trop étroite, les rayons réfractés par la périphérie cornéenne en condition mésopique (et qui ne sont pas stoppés par l’iris car ils traversent une pupille dilatée) sont focalisés en avant de la rétine. Ceci explique la survenue de halos en conditions mésopiques.

avant orthokeratologie

Carte OPDscan avant adaptation en orthokératologie. Le profil cornéen est très légèrement prolate, et l’aberration sphérique faiblement positive.

apres orthokeratologie

Carte topoaberrometrique réalisée après orthokératologie. L’aplatissement induit est très central est suffisant pour corriger la myopie, mais il est insuffisant pour assurer une correction pour les rayons plus périphériques. Le profil cornéen est très oblate, et l’élévation de l’aberration sphérique positive est majeure.

halos taille apparente

Quand la pièce d’examen est assombrie, l’observation d’un disque blanc sur fond noir permet d’objectiver la présence d’un halo, dont la taille apparente pour le patient est appréciée en « encadrant » virtuellement celui ci entre le pouce et l’index d’un examinateur. Ce halo est lié à la défocalisation des rayons lumineux réfractés par la périphérie de la pupille (noter l’augmentation rapide de la vergence vers les bords de la pupille).

 

20 réponses à “Halos lumineux nocturnes & aberration sphérique”

  1. LOHMANN Serge dit :

    Opéré il y a 4 mois d’une cataracte aux deux yeux, je souffre d »un phénomène de halo autour des points lumineux. Les lentilles implantées sont de type multi-focales. Il m’est difficile de conduire de nuit, les halos étant très larges.
    Votre document est extraordinairement complet et traite au plus près du phénomène qui me concerne. Je retournerai voir le chirurgien ophtalmo si ça ne s’améliore pas d’ici quelques mois.
    Merci pour les explications.

  2. Dr Damien Gatinel dit :

    Les halos provoqués par les implants multifocaux sont généralement très géométriques (circulaires) et traduisent l’existence d’un pourcentage de lumière défocalisée (la lumière qui est focalisée vers le foyer de près, pour la lecture, est perçue comme un ou plusieurs petits anneaux ou disques brillants autour des lumières vives observées de loin). Ils ne sont cependant que rarement source d’une gêne majeure pour la conduite ou d’autres activités.

  3. Benoit dit :

    Bonjour docteur, j’ai 53 ans et depuis environ 3 ans je vois des halos avec mon œil gauche exactement comme décrits sur la photo, et les objets vus en contre-jour par temps lumineux prennent sur leur contours une bordure de transparence. J’ai consulté 3 ophtalmologues dont deux n’ont rien trouvé d’anormal dans les tests, ce fut finalement le dernier qui (d’après lui) remarqua un début de cataracte mais il refuse de m’opérer estimant que ma vue est encore trop bonne. Il se fait qu’après trois ophtalmos dont deux n’ayant rien vu d’anormal je doute du diagnostic.

    Le symptôme est apparu brusquement, je dirais presque du jour au lendemain, j’ai retourné la question dans tous les sens également en regard d’un accident que j’ai eu à l’œil gauche il y a 25 ans, en effet, je m’étais pris un morceau de bois dans l’œil, ce fut très douloureux, à l’hôpital ils me mirent des gouttes qui endormit mon œil puis 15 jours après ce fut rétabli sans conséquences visuelles excepté un très léger dédoublent et des couleurs un rien plus ternes sans pouvoir dire si ce fut déjà ainsi avant l’accident ou non. Aussi il y a dix ans au même œil il m’était revenu une sensation de pierre dans l’œil, comme une blessure qui ce serait ouverte, ça dura quelques mois puis je me décida à mettre des gouttes cicatrisantes et la sensation disparut, la également aucun problème de vue s’en suivit. Je signala évidemment ces faits aux ophtalmologues que j’ai consulté mais ce niveau également ils n’ont rien vus d’anormal.

    Je reste donc très sceptique sur les causes de la survenue du symptôme de halos, cataracte? Cornée abîmée? Ou autre? J’ai le sentiment que les diagnostics furent pas assez approfondis.

    Je vous remercie de me donner votre avis. Cordialement

  4. Dr Damien Gatinel dit :

    Aux vus de vos antécédents oculaires, la présence d’opacités du cristallins (cataracte) parait la cause la plus probable à la perception des halos lumineux. Un examen de mesure de la diffusion intraoculaire (scatter index) par l’instrument OQAS (ou HD Analyzer) ainsi qu’une analyse du front d’onde oculaire (aberrométrie) pourraient étayer la présence d’une opacité intra oculaire.

  5. Benoit dit :

    Dr Damien Gatinel dit :
    12 SEPTEMBRE 2015 À 0 H 43 MIN

    Je vous remercie, ça me rassure amplement, mais alors ce qui est assez bizarre c’est pourquoi l’option de la pose d’un cristallin artificiel est repoussée estimant que ma vue est encore « trop bonne »? Il me semble pourtant que l’opération de la cataracte est encouragée dés les premiers symptômes?

  6. Yannick dit :

    Bonsoir Docteur,

    Si vous êtes le Docteur Gatinel qui officiait il y a une dizaine d’années sur l’hôpital Rothschild de Paris, vous m’avez opéré pour une myopie.
    Depuis ce jour, je suis victime d’halo particulièrement gênant à certains moment.
    Il est vrai que je n’ai jamais fait de contrôle de routine depuis et a été un peu laxiste sur le suivi.
    Mais là, je souhaiterais trouver une solution à mon problème.
    Je lis qu’il serait possible de repasser en opération pour atténuer, faire disparaître ce problème?
    Que me conseillez vous car je souhaite une solution « durable ».
    Dois-je reprendre un rendez vous à votre cabinet pour savoir ce qu’il est possible de faire?

    Bien à vous.

  7. Martial dit :

    Bonjour, j’ai été opéré en 1992 pour ma myopie (laser excimer) d’un oeil puis le suivant 1 an plus tard.
    Aujourd’hui, je suis très handicapé par ce halo autour des sources lumineuses et ce dedoublement. La conduite de nuit m’est devenue quasiment impossible. J’ai 47 ans et dois-je me résoudre à vivre avec ce problème? Par avance, merci pour votre réponse. Bien cordialement
    M Piana

  8. Dr Damien Gatinel dit :

    Les traitements délivrés par les tous premiers lasers étaient de bien moindre qualité qu’aujourd’hui, en matière de design de profils et de faisceaux, de qualité de centrage, de taille de zone optique, etc. Ainsi, vos symptômes relèvent certainement de ces caractéristiques. Un re-traitement est possible, sous réserve qu’un examen ophtalmologique (incluant topographie de la cornée et examen aberrométrique) permette de poser une indication, et que ce retraitement soit à même d’améliorer la qualité de votre vision, sans perturber votre correction globale.

  9. Dr Damien Gatinel dit :

    Vous êtes sur le bon interlocuteur, et un bilan est tout à fait possible pour documenter l’origine de vos halos et apprécier les possibilités d’une reprise pour améliorer la qualité de votre vision et réduire la perception des halos.

  10. Martial dit :

    Bonjour Dr Gatinel et merci d’avoir répondu. Votre mail est plein d’espoir aussi pouvez-vous m’orienter vers un spécialiste dans ma région. Je réside à St Malo (35). Par avance, merci
    Bien cordialement
    Martial

  11. Léa dit :

    Bonjour,
    j’ai été opéré il y a plus de 4 ans, à l’âge de 20 ans, de ma myopie à la clinique rothschild.
    Résultats spectaculaires, j’en ressort avec 10/10 P2 (antérieurement à -4,75) aux deux yeux. Mais depuis 2 ans, je suis de plus en plus gênée par les halos en conduisant la nuit et également sur les écrans notamment les écritures en blanc sur fond noir. La myopie revient, je suis à -0,5 actuellement et je dois remettre des lunettes
    De plus je souffre d’une sécheresse oculaire chronique..
    Mon ophtalmo ne m’a absolument pas fait de suivi (sauf le post op ), et m’avait même dit que je n’aurais plus à le revoir. Je suis allé le revoir l’an dernier pour ma BAV, prescription de lunettes mais absolument rien pour les halos, ce n’est pas son problème…
    Il y aurait il une solution à cette situation?
    Cordialement
    Léa V.

  12. Dr Damien Gatinel dit :

    Il semble que le retour d’une faible myopie soit à l’origine de vos halos. Cette récidive peut être liée soit au fait que lors de votre opération (à l’âge de 20 ans), votre myopie n’était pas encore tout à fait stabilisée, soit à des phénomènes de cicatrisation locale (la sécheresse oculaire est un facteur de risque de régression). Il est en théorie possible de vous proposer une retouche, à condition que l’épaisseur cornéenne résiduelle soit suffisante (au cas ou un LASIK avait été effectué), et qu’il n’y ait pas de kératite ou d’autre anomalie de la surface oculaire. En général, les halos sont liés à la myopie et également à de l’aberration sphérique positive. Un retraitement peut être efficace à la fois sur la netteté en vision de loin, et sur les halos (réduction significative). Il est essentiel d’effectuer un bilan spécialisé comportant un examen topographique et aberrométrique, ainsi qu’une mesure de l’épaisseur de la cornée et du capot de LASIK.

  13. Tomas dit :

    Bonjour Docteur,

    J’ai été opéré de la cataracte il y a bientôt 20 jours de l’œil droit, j’ai constaté au fur et à mesure des jours qui passent, différents problèmes lors de la vision (sorte de halos sur l’extrémité de l’œil) c’est-à-dire comme si j’avais eu des larmes qui restent dans l’œil qui éblouissent. D’autres fois ce sont des demi-cercle, surtout quand je penche la tête vers le bas.
    Donc difficile de travailler car tout le temps ébloui par ces lumières clignotantes, j’ai l’impression de voir des anneaux, le soir j’ai une ligne droite et sombre lorsque je tourne la tête de droite à gauche ou l’inverse, je n’avais jamais eu ce genre de problèmes.
    Suis désespéré car le chirurgien qui m’a opéré, m’a vu quatre jours après l’opération, ne voyait rien de spécial, pas de décollement de la rétine (mon père l’a eu, et a perdu l’œil parait-il c’est héréditaire) j’ai 55 ans.
    Je vais prendre rendez-vous chez un ophtalmo à Paris 8eme afin de voir ce que l’on peut faire car je ne souhaite pas opérer le deuxième œil (gauche) de peur d’avoir ces sortes de halos, demi cercle etc des deux côtés, car il me semble que je ne pourrai plus travailler ni conduire, et risque de rentrer dans une totale dépression.
    Je ne sais pas ce que je dois faire ? Dès que je m’approche d’une lumière, je suis ébloui sur le côté de l’œil, comme si un fond de l’œil était effectué devant l’ampoule.;
    De plus, personne n’a réussi à me donner des infos qui permettent de croire que l’on peut s’en sortir, que cela ne restera définitif dans ma vision
    Bien cordialement
    M Tomas

  14. Dr Damien Gatinel dit :

    Vos symptômes sont très inhabituels pour une intervention de cataracte non compliquée. La perception d’un demi cercle brillant, en temporal du champ de vision, est en revanche assez classique (dysphotopsie), mais elle est intermittente, dépend de la présence d’un fort éclairage latéral, globalement modérée et ne concerne pas le champ de vision central. Un second avis est effectivement utile pour faire le point, en examinant en particulier la qualité de l’optique de l’implant posé.

  15. Julien dit :

    Bonsoir Docteur,
    J’ai été opéré par le laser femtoseconde en Janvier 2013 sur Bordeaux à l’age de 18 ans
    J’étais Hypermétrope à +3.25 pour l’oeil gauche et + 2.5 à l’oeil droit avec une légère astigmatie.
    Ma vue était stabilisé depuis de nombreuses années (J’allais chez l’ophtalmo tous les ans depuis mon enfance).
    L’opération s’est bien déroulée, je vois maintenant très bien sans lunette.
    J’ai en revanche recours à des lunettes de repos avec une légère correction pour travailler sur ordinateur :
    Test novembre 2014 (Ophtalmo):
    Oeil droit + 0.50 (+0.50 85°)
    Oeil gauche + 0.75 (+0.50 90°)

    Test Janvier 2016 (Opticien):
    oeil droit : 0.50 (-0.50 165°)
    oeil gauche : +0.75 (-0.75 5°)

    En revanche j’ai une mauvaise vision nocturne, je vois des halos lumineux autour des sources lumineuses lorsque la luminosité est très faible. (Sur route lorsqu’elle est éclairée c’est très bien et lorsque je croise une voiture pas de problème d’éblouissement) Mais lorsque il fait bien nuit et que je regarde au loin un lampadaire je peux apercevoir des halos autour de la source lumineuse, de même lorsque je suis dans une pièce noir et que je regarde l’heure sur un four par exemple je peux apercevoir ces halos lumineux autour de l’heure.
    Ces halos sont de plus ou moins grosse intensité en fonction de ma fatigue. Ce sont des sortes de traits qui sont tout autour de la source lumineuse.
    J’ai eu des problèmes de sécheresses oculaires qui se dissipent petit à petit avec le temps.
    Existe t-il des solutions pour mes halos lumineux ? Mon ophtalmo m’avait dit qu’avec le temps il allait s’estomper hors cela fait 3 ans que j’ai été opéré et je n’ai vu qu’une légère amélioration.
    Je vois d’ailleurs mon ophtalmo en Mai 2016
    Julien

  16. Dr Damien Gatinel dit :

    Les halos sont un effet indésirable fréquent après la chirurgie de l’hypermétropie par LASIK, ils peuvent ne pas s’atténuer complètement. Pour en savoir plus, il est nécessaire de réaliser un bilan destiné à mesurer avec précision le taux d’aberrations optiques de haut degré de vos yeux. Cette mesure devrait permettre de quantifier le taux de certaines aberrations, comme l’aberration sphérique. Ce taux est proportionnel au degré d’ouverture pupillaire. La pupille se dilate pour capturer plus de lumière dans les conditions de faibles éclairement, et les rayons lumineux captés sont réfractés par des régions plus périphériques de la cornée, dont la qualité optique peut être dégradée. Dans certains cas, il peut être envisageable de réaliser une correction secondaire au laser en resouleveant le capot de LASIK, pour compenser ces halos, mais cela repose sur analyse fine et détaillée de la topographie de la cornée, du taux d’aberration optique, et comporte une part d’imprécision liée à la cicatrisation de l’épithélium de la cornée.

  17. Julien dit :

    Bonsoir,
    Merci Docteur pour votre réponse.
    Mes halos sont quand meme assez léger.
    En revanche j’ai bien remarqué quand il n’y a qu’un tout petit peu d’éclairage les halos disparaissent completement. Pour la conduite j’augmente l’eclairage de mon portable et cela marche.
    Du au diametre pupillaire qui devient plus petit.
    Existe t-il un collyre pour réduire le diamètre pupillaire ?
    Julien

  18. Dr Damien Gatinel dit :

    Le collyre « Alphagan » permet de réduire la dilatation pupillaire en condition de faible éclairement, mais son effet tend à diminuer quand il est instillé régulièrement. Allumer une veilleuse, un plafonnier est certainement tout aussi efficace. Le diamètre pupillaire se réduit avec le temps (le vieillissement de l’oeil) dont vos halos finiront par s’atténuer ou disparaître un jour.

  19. Julien dit :

    Bonsoir Docteur,
    Je suis atteint d’une amblyopie congénitale profonde de l’oeil gauche (avec opération correctrice d’un strabisme à 9 ans). J’ai pendant mon enfance été corrigé pour une hypermétropie et une astigmatie pour mon œil valide qui s’est semble-t-il « transformée » en myopie légère autour de 40 ans. J’ai aujourd’hui 45 ans et j’ai signalé à plusieurs reprise la vision de halos la nuit, au départ principalement sur les couleurs rouge et bleu. Les halos étaient de petite taille et assez similaires en fonction de la distance (comme sur la photo). Cela n’a jamais semblé être vraiment pris en compte lors des consultations. J’ai remarqué une baisse d’acuité de ma vision de près depuis quelques mois et depuis quelques jours, je remarque une accentuation du phénomène de halos : toutes les sources lumineuses directes créent des halos la nuit même lorsqu’elles sont nombreuses (en ville par exemple et même les spot de mon salon qui est donc éclairé) et surtout ces halos se multiplient en cercles concentriques séparés par un petit espace. Plus la source est éloignée, plus le nombre et la taille des cercles augmentent jusqu’à par exemple faire 3 à 4 cercles concentriques pour des phares de voitures à 100m. Ces cercles diminuent en nombre et en taille au fur et à mesure que je me rapproche de la source lumineuse. A 100m, ces halos occupent un espace très important, donnant l’illusion de faire plusieurs mètres de diamètre. J’ai également le sentiment à certains moments que l’image de mon écran d’ordinateur s’incline sur la gauche, je me retrouve très souvent la tête penchée vers la droite en regardant la télévision par exemple (j’imagine que la quasi absence d’œil gauche peut expliquer ce phénomène).
    Je viens d’arriver en Bretagne, et il est quasiment impossible d’avoir un rdv en cabinet avant 6 mois, voire d’être seulement accepté en clientèle. Je souhaiterais savoir si ce symptôme nécessite une consultation en urgence sachant que je suis assez vigilant sur la santé de mon seul œil valide. (Pour précision je passe plusieurs heures par jour à travailler sur un écran d’ordinateur).
    Avec tous mes remerciements pour vos conseils et votre attention

  20. Dr Damien Gatinel dit :

    Seul un bilan précis pourrait permettre de trouver la cause optique précise de vos halos; un examen aberrométrique serait particulièrement indiqué. Il n’y a pas d’urgence a priori pour effectuer un bilan si ces halos sont permanents et isolés, non associés à une élévation de la pression oculaire par exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *