Myopie: causes, facteurs de risque

Causes et facteurs associés à la myopie

Les causes et facteurs associés au développement de la myopie font l’objet de nombreuses études depuis plusieurs décennies. L’augmentation de la fréquence de la myopie dans la population des pays industrialisés, notamment en Asie où l’on parle d’une véritable  « épidémie de myopie », incite à trouver les causes et mécanismes impliqués dans l’allongement excessif de l’œil, qui est le principal facteur anatomique responsable de la myopie.

Avant de passer en revue les principaux facteurs, il convient de rappeler qu’à l’heure actuelle, les mécanismes impliqués dans l’apparition et la progression de la myopie demeurent en grande partie ignorés. Des informations parcellaires ont été acquises au fil du temps, mais il est difficile d’établir des liens de cause à effet, et encore plus de concevoir des stratégies qui permettraient d’empêcher ou ralentir la myopie. Les études génétiques ont mis en évidence plus d’une vingtaine de loci de gènes à même de favoriser la survenue d’une myopie: mais les traits génétiques interagissent avec l’environnement pour expliquer l’expression du phénotype de la myopie.

L’étude des causes et facteurs de risques de la myopie est cependant intriquée avec celle de ses causes ; certaines théories se nourrissent des résultats d’études expérimentales, et suggèrent en retour la réalisation de nouvelles expériences dont les conclusions vont souvent à l’encontre du postulat initial. Il reste encore bien des mystères à percer pour comprendre l’origine de la myopie. En 2012, l’importance de facteurs liés au mode de vie comme le temps passé à l’extérieur dans l’enfance a été mis en avant comme facteur protecteur contre la myopie. Comme l’avaient déjà suggéré certaines études, le temps passé à pratiquer des activités de plein air dans l’enfance et l’adolescence aurait un effet protecteur sur l’incidence de l’erreur myopique  (Guggenheim JA, Northstone K, McMahon G, Ness AR, Deere K, Mattocks C, St Pourcain B, Williams C. Time outdoors and physical activity as predictors of incident myopia in childhood: A prospective cohort study. Invest Ophthalmol Vis Sci. 2012 Apr 6.

Une étude parue en mai 2015 confirme que le continent Européen est également atteint par cette « épidémie de myopie », et que le niveau d’éducation est positivement corrélé à la myopie (Williams KM1, Bertelsen G2, Cumberland P3, et coll. Increasing Prevalence of Myopia in Europe and the Impact of Education. Ophthalmology. 2015 May 13).

 

Ecouter l’émission de France Culture « Science Publique », du 22 Mai 2015, consacrée à « l’épidémie de myopie » qu’une étude multicentrique européenne vient de constater sur le vieux continent, et rattacher au niveau d’éducation (Williams KM1, Bertelsen G2, Cumberland P3, et coll. Increasing Prevalence of Myopia in Europe and the Impact of Education. Ophthalmology. 2015 May 13).

Myopie et déprivation visuelle

Les études expérimentales conduites chez l’animal ont révélé un principe important : l’induction d’une vision réduite (occlusion) ou floue (brouillage par un verre correcteur inadapté) chez l’animal résulte en une élongation de l’œil ; on parle de myopie de déprivation sensorielle. Ce phénomène de myopie de déprivation concerne aussi bien les poulets, les cobayes, que les chiens ou les grands singes  (Irving et coll. Inducing myopia, hyperopia, and astigmatism in chicks. Optom Vis Sci 1991;68: 364–368 / Sivak et coll. Bilateral experimental myopia in chicks. Optom Vis Sci 1989; 66: 854–858. 87 / Howlett MH & McFadden SA. Form-deprivation myopia in the guinea pig (Cavia porcellus). Vision Res 2006; 46: 267–283 / Guyton DL, Greene PR & Scholz RT. Dark-rearing interference with emmetropization in the rhesus monkey. Invest Ophthalmol Vis Sci 1989; 30: 761–764).

De plus, si la « privation sensorielle » est interrompue suffisamment tôt, alors une évolution vers la correction progressive du défaut réfractif induit peut être observée ; par exemple, la croissance du globe oculaire ralentit (Troilo et Wallman. The regulation of eye growth and refractive state : an experimental study of emmetropization. Vision Research, 1991;33:1237-1250).
On suspecte ainsi que l’induction d’un flou rétinien prolongé pourrait réguler le développement de la myopie chez l’animal (Wildsoet CF. Active emmetropization – evidence for its existence and ramifications for clinical practice. Ophthalmic Physiol Opt 1997; 17: 279–290). Le fait que ce phenomena soit répandu au sein d’un grand nombre d’espères animales suggère qu’il est impliqué dans la myopie humaine. . Ces données démontrent en tous les cas qu’il existe un (ou plusieurs) mécanisme « vision-dépendant » impliqué dans le développement d’une erreur réfractive comme la myopie. Un « signal d’erreur » rétinien serait à l’origine d’un mécanisme physico chimique à l’origine d’une élongation du globe oculaire.

Après l’âge de 6 ans, la courbure cornéenne ne change plus (Zadnik K, Manny RE, Yu JA, et al. Ocular component data in schoolchildren as a function of age and gender. Optom Vis Sci. 2003;80:226–236) , et l’apparition d’une myopie évoluant jusqu’à l’âge adulte est donc consécutive à l’élongation du globe oculaire.

Les choses ne sont pas si simples, du fait que si l’on applique ce raisonnement,le flou induit par une forte hypermétropie devrait conduire à la correction progressive de celle-ci. Ceci n’a pas été observé chez l’animal, ou le flou lié à une forte défocalisation hypermétropique ne semble pas déclencher l’apparition d’une élongation oculaire excessive ; il existe donc d’autres facteurs à même de moduler cette boucle de régulation.

La correction optique des enfants myopes ne doit pas être « sous corrigée » (enfant restant légèrement myope), ni sur-corrigée (enfant devenant légèrement hypermétrope avec sa correction en lunettes ou lentilles), afin de permettre à l’image rétinienne d’être optimale. Le concept de myopie de déprivation a suscité certaines théories pour expliquer les causes du développement de la myopie, dont la théorie liée à un manque d’accommodation.

Myopie et accommodation

L’accommodation est la capacité de l’œil à effectuer la mise au point pour voir net des cibles rapprochées (ex : livre de lecture). L’accommodation a été incriminée comme possible facteur causal ou déclenchant de la myopie. A l’origine de cette suspicion, on retrouvait le fait que la myopie est souvent retrouvée chez des individus effectuant des travaux de près de manière prolongée, et qu’un certain degré de « paresse accommodative » (« accommodative lag » en anglais) avait été mis en évidence chez les myopes (Gwazda et coll. Myopic children show insufficient accommodative response to blur. Invest Ophthalmol Vis Sci, 1993,34 : 690-694).

Une insuffisance d’accommodation pouvant induire un « flou rétinien », la myopie pourrait avoir un mécanisme proche de la myopie de « déprivation ». L’accommodation a aussi été suspectée d’augmenter la pression intra oculaire, et d’induire une distension progressive de la sclère, ces deux effets étant synergiques pour accroître la longueur axiale de l’œil et donc favoriser la myopie. Cependant, aucune étude n’a montré que l’amélioration de la qualité de l’accommodation (ex : verres progressifs chez l’enfant) ne ralentit la myopie. Il est possible que les myopes accommodent moins car habitués à percevoir le monde de manière floue, ils bénéficient de stratégies neuro-corticales leur permettant de mieux interpréter les images rétiniennes et donc de tolérer un léger flou de près. S’il existe une association entre myopie et accommodation, l’existence d’un lien de causalité n’a pas été démontré.

Myopie et activités de plein air

Dès 2008, une étude Australienne a montré que les enfants qui pratiquent peu d’activités extérieures de plein air sont en moyenne plus myopes (ou moins hypermétropes) que ceux qui pratiquent une activité de plein air de manière régulière et prolongée. Les enfants qui en plus d’une faible activité de plein air pratiquent régulièrement des activités sollicitant la vision de près (lecture, jeux vidéos sur console portative, etc.) avaient trois fois plus de chance d’être myope que ceux qui pratiquent beaucoup d’activités de plein air et peu d’activité de lecture (Rose et coll. Outdoor activity reduces the prevalence of myopia in children. Ophthalmology 2008 115: 1279–1285).

Ces données ont été confortées par les résultats d’une étude conduit à Singapour sur des adolescents, qui étaient d’autant moins myopes (ou plus hypermétropes) qu’ils pratiquaient des activités de plein air (Dirani et coll. Outdoor activity andmyopia in Singapore teenage children. Br J Ophthalmol2009; 93: 997–1000).

Il semblerait que ce soit le temps passé dehors qui soit un élément protecteur contre la myopie, plutôt que la pratique du sport en elle –même (pas d’influence du sport indoor sur la prévalence de la myopie). Ceci a été corroboré plus récemment  par l’étude de Guggenheim et coll. (Guggenheim JA, Northstone K, McMahon G, Ness AR, Deere K, Mattocks C, St Pourcain B, Williams C. Time outdoors and physical activity as predictors of incident myopia in childhood: A prospective cohort study. Invest Ophthalmol Vis Sci. 2012 Apr 6. [Epub ahead of print])

De plus, l’influence d’une réduction de l’ambiance lumineuse sur la progression de la myopie a été récemment mise en évidence sur un modèle animal (Cohen et coll. Dependency between light intensity and refractive development under light-dark cycles. Exp Eye Res 2011; 92: 40–46).
Le mécanisme biologique à l’origine de cet effet protecteur n’est pas clairement identifié; il pourrait faire intervenir une réduction du flou rétinien (constriction pupillaire liée à la forte luminosité et amélioration de la profondeur de champ). La sécrétion de dopanine au niveau rétinien est stimulée par la lumière, et la dopamine a un effet inhibiteur sur la croissance oculaire (Ashby RS & Schaeffel F. The effect of bright light on lens compensation in chicks. Invest Ophthalmol Vis Sci 2010;51: 5247–5253).

Enfin, en plus de l’écart d’intensité lumineuse entre l’extérieur et l’intérieur, la différence de composition spectrale entre lumière naturelle et artificielle pourrait jouer un rôle dans la genèse de la myopie. Ces données suggèrent un lien de causalité entre survenue ou aggravation de la myopie et le moindre temps consacré aux activités de plein air chez l’enfant.

Une étude récente (octobre 2012) rapporte un taux de myopie très faible dans une population d’enfants scolarisés de la province de Vintiane au Laos (Asie du Sud Est): la prévalence d’une erreur réfractive (hypermétropie, myopie, astigmatisme) était de 3.6% pour une cohorte de 2842 enfants (6 à 11 ans) examinés: l prévalence globale de la myopie n’était que de 0.8%. Les enfants étaient de différentes ethnies; parmi celles-ci, l’ethnie Yao (groupe de population originaire de Chine du sud) représentait un facteur de risque de 11.3 pour la myopie, soulignant l’influence probable de facteurs génétiques. Néanmoins, les auteurs de cette étude soulignent que ses résultats concordent avec ceux des études précédentes, car les enfants Laotiens étudiés ne sollicitaient pas beaucoup leur vision de près, comparativement à ceux d’autres pays aux infrastructures scolaires plus développés (peu ou pas de livres scolaires, enseignement sur tableau noir) (Casson et coll. Exceptionally low prevalence of refractive error and visual impairment in schoolchildren from Lao people democratic republic. Ophthalmology,2012:119:2021-2027).

Enfin, une méta-analyse (analyse globale effectuée à partir du recueil d’une vingtaine d’études en rapport avec le sujet) a été également publiée en octobre 2012: elle confirme l’effet protecteur sur l’aggravation de la myopie du temps passé à l’extérieur, suggérant que pour freiner la myopie, il pourrait être indiqué de faire pratiquer aux enfants des activités extérieures (ex : une heure par jour d’activité en plein air comme un sport d’extérieur). Les auteurs de l’étude demeurent toutefois prudent sur la possibilité d’une interprétation erronée de leur résultat en matière de causalité : il pourrait être possible que l’association entre temps passé à l’extérieur et moindre myopie soit lié au fait que les enfants myopes préfèrent d’autres types de loisirs et soient moins enclins à la pratique de certaines activités de plein air (sans oublier le fait que les populations urbaines, où la prévalence de la myopie est plus forte, disposent de moins d’espaces extérieurs). Néanmoins, cette méta-analyse renforce l’hypothèse d’un effet bénéfique de la pratique régulière d’activités de plein air pour réduire l’apparition de la myopie (Sherwin et al. The association between time spent outdoors and myopia in children and adolescents. Ophthalmology, 2012;119:2141-2151). Ces activités ne semblent toutefois pas réduire la vitesse d’évolution de la myopie une fois celle-ci installée (Wu PC et al. Outdoor activity during class recess reduces myopia onset and progression in school children. Ophthalmology. 2013;120(5):1080–1085).

Une étude prospective randomisée a été effectuée en Chine chez des enfants âgés de 6 ans; une moindre incidence cumulée de la myopie a été observée après 3 ans, pour le groupe d’enfants pour qui une activité extérieure quotidienne de 40 mn avait été instaurée. (He M. Effect of Time Spent Outdoors at School on the Development of Myopia Among Children in China: A Randomized Clinical Trial. JAMA. 2015,15;314(11):1142-8.)

Myopie et activités de près (lecture)

Une étude Australienne a montré que le travail de près, quantifié par le temps passé et la distance de lecture avait une influence indiscutable sur l’existence d’une myopie chez des enfants âgés de 12 ans. Les enfants qui lisaient plus de 30 mn par jour de manière continue avec plus de risque d’être myopes que ceux qui lisaient moins de 30 mn par jour. Ceux qui lisaient à moins de 30 cm avaient une probabilité 2 fois et demi plus importante d’être myopes que ceux qui lisaient à une distance plus grand, et avaient tendance à présenter une myopie plus forte (Ip et coll. Role of near work in myopia: findings in a sample of Australian school children. Invest Ophthalmol Vis Sci 2008; 49: 2903–2910). Une autre étude a montré que les enfants qui lisaient plus de deux livres par semaine en moyenne étaient plus myopes (myopie supérieure à 3 Dioptries) que ceux qui lisaient moins (Saw et coll. Component dependent risk factors for ocular parameters in Singapore Chinese children. Ophthalmology 2002; 109:2065–2071). La longueur axiale était en moyenne de 0.17 mm plus grande chez les enfants qui lisaient plus de deux livres par semaine.
Il faut se garder de déduire de ces travaux que la lecture favorise l’apparition de la myopie ; ces études ne font que montrer que l’on a plus de chance de trouver des enfants myopes parmi des lecteurs plus avides, et/ou pratiquant moins d’activité de plein air. D’ailleurs, une étude longitudinale conduite pendant 5 ans sur un échantillon de 1318 enfants âgés de 6 à 14 ans a montré que le nombre d’heures hebdomadaires de lecture, ou de travail sur écran d’ ordinateur n’étaient pas différents avant la survenue d’une myopie, entre les enfants devenus myopes et ceux qui ne l’étaient pas. Ainsi, cette étude tend à démontrer l’absence de lien causal entre travail de près et développement de la myopie (Jones-Jordan et coll. Visual activity before and after the onset of juvenile myopia. Invest Ophthalmol Vis Sci 2011; 52: 1841–1850).

Pourtant, divers mécanismes destinés à expliquer comment la vision de près prolongée pouvait induire de la myopie ont été proposés, comme la survenue d’une augmentation de la pression intraoculaire (action du muscle ciliaire qui se contracte et augmente la pression intra vitréenne), ou l’action des muscles extra oculaires sur la paroi sclérale, etc.

 

Myopie et ordinateur

De nombreuses études pointent le temps croissant passé sur écran, en particulier par les enfants et adolescents: le temps passé à visionner un écran d’ordinateur ou de smartphone (temps passé sur internet) pour les jeunes générations est dorénavant supérieur à celui passé devant la télévision. La consultation d’un écran d’ordinateur ou de tablette sollicite la vision de près, et devrait logiquement être associé à une prévalence accrue de la myopie. Une étude a été conduite entre Février 2010 et Mars 2011 à Taiwan en mesurant la réfraction de conscrits militaires agés entre 18 et 24 ans. Une biométrie (mesure de la longueur de l’oeil) était également effectuée. Pour le diagnostic de myopie, la réfraction devait être inférieure à 0.5 Dioptries (D). Un total de 2316 participants a été enregistré. La prévalence de la myopie était de 86.1 % avec une erreur réfractive moyenne de -3.66 D, et une longueur axiale moyenne de 25.40 mm. La consultation fréquente de l’ordinateur a été retrouvée associée à une longueur axiale plus élevée: cette corrélation est assez éloquente si l’on considère que la myopie est avant tout liée à une excès de croissance et de longueur axile du globe oculaire. Les autres facteurs de risque associés à la myopie étaient : une myopie chez les parents, un niveau d’étude plus élevé, des temps consacrés à la lecture plus importants, une distance de lecture plus courte, un moindre temps passé à pratiquer des activités de plein air (Lee et al.What factors are associated with myopia in young adults? A survey study in Taiwan Military Conscripts. Invest Ophthalmol Vis Sci. 2013 Feb 5;54(2):1026-33)

 

 

Myopie et niveau d’études

De nombreuses etudes ont montrées une forte corrélation positive entre le niveau d’éducation, d’études supérieures et la myopie (Katz et coll. Prevalence and risk factors for refractive errors in an adult inner city population. Invest Ophthalmol Vis Sci 1997; 38: 334–340 / Wang et coll. Refractive status in the Beaver Dam Eye Study. Invest Ophthalmol Vis Sci 1994; 35: 4344–4347 / Tay et coll. Myopia and educational attainment in 421,116 young Singaporean males. Ann Acad Med Singapore 1992; 21: 785–791).

On a même rapporté une corrélation positive entre la durée totale des études et longueur de l’oeil chez des Singapouriens d’origine Chinoise : l’accroissement de la longueur de l’oeil était de 0.60 mm pour chaque décennie d’étude (Wong et coll. Variations in ocular biometry in an adult Chinese population in Singapore: the Tanjong Pagar Survey. Invest Ophthalmol Vis Sci 2001; 42: 73–80).

Un lien entre myopie et éducation a également été retrouvé chez les myopes européens (Williams KM1, Bertelsen G2, Cumberland P3, et coll. Increasing Prevalence of Myopia in Europe and the Impact of Education. Ophthalmology. 2015 May 13)

Le niveau d’étude supérieure et la durée des études sont certainement à rapprocher du facteur de risque représenté par la lecture. Néanmoins, on peut également émettre l’hypothèse de gènes communs pour l’intelligence et la myopie.

 

Myopie et anthropométrie

Chez les enfants et adolescents, une stature (taille) plus importante a également été retrouvée comme un facteur de risque associé à la myopie. La corrélation entre la taille et la myopie était en absence non retrouvée chez les adultes (Rim TH et coll. Body Stature as an Age-Dependent Risk Factor for Myopia in a South Korean Population. Semin Ophthalmol. 2016 Apr 8:0.). Cette étude a retrouvé une corrélation entre niveau d’éducation et myopie chez les adultes (Corée du Sud). La prévalence accrue de la myopie est avérée chez les sujets atteints du syndrome de Marfan, qui présentent également une taille moyenne plus élevée (Konradsen TR1, Zetterström C. A descriptive study of ocular characteristics in Marfan syndrome. Acta Ophthalmol. 2013;91(8):751-5). Malgré une élongation du globe oculaire parfois significative, le degré de myopie forte n’est pas significativement plus élevé en raison d’une kératométrie moyenne plus faible (réduction de la puissance cornéenne compensant partiellement l’augmentation de la longeur axiale oculaire).

 

Myopie et intelligence

De nombreuses études rapportent l’existence d’associations entre myopie, intelligence, réussite scolaire (ex : Williams et coll. A comparison of measures of reading and intelligence as risk factors for the development of myopia in a UK cohort of children. Br J Ophthalmol. 2008;92(8):1117-21). Les myopes ont des scores en moyenne supérieurs pour les tests d’intelligence et les épreuves cognitives (Cohn et al. Myopia and intelligence : a pleiotropic relationship ? Hum. Genet, 1988 ;80 : 53-58).

Ces résultats suggèrent une part génétique à la myopie, car l’intelligence est en partie transmise de manière héréditaire. On ne peut toutefois conclure qu’il existerait un ou plusieurs gênes communs entre intelligence et myopie. Dans la plupart des études publiées, les tests où les myopes réussissent le mieux sont ceux qui reposent principalement sur des épreuves où la lecture et le langage jouent un rôle prépondérant. De fait, les résultats d’études montrent également que les myopes lisent plus et plus longtemps que les non myopes, et l’influence de la lecture dans ces résultats est certainement présente. Une théorie possible mais non prouvée suggère que le myopie et intelligence pourraient partager un bagage génétique commun. Les personnes naturellement douées sur le plan intellectuel lisent plus, ce qui expliquerait le lien entre myopie et lecture prolongée. La lecture favorise certainement les capacités intellectuelles, et si un lien de cause à effet existe entre myopie et lecture prolongée (une association démontrée entre lecture et myopie ne préjuge pas d’un lien de cause à effet direct), celui-ci pourrait également expliquer ces données, sans avoir recours à la génétique.

 

Myopie et sex ratio

Y a t’ il plus de myopes chez les garçons ou les filles? Les études publiées ne permettent pas de trancher avec certitude, et les résultats trouvés dans une catégorie d’âge ne sont pas forcément valable dans un échantillon d’âge différent (Hirsch JM. The changes in refraction between the ages of 5 and 14, theoretical and practical considerations. Am J Optom Arch Am Acad Optom,1952,29:445-459). Une étude plus récente retrouve une prévalence de la myopie plus importante chez les hommes dans la population agée (Tan et coll. Prevalence and risk factors for refractive errors and ocular biometry parameters in an elderly Asian population: the Singapore Longitudinal Aging Study (SLAS).Eye, 2011, 25(10):1294-301).

 

Myopie des parents

Une étude Australienne a montré que la présence de la myopie chez l’un des parents multipliait par deux le risqué pour un enfant d’être myope. Quand les deux parents sont myopes, le risque est multiplié par huit ! Ce risque est aussi plus grand si la myopie d’un ou des parents est prononcée (Ip et colll. Ethnic differences in the impact of parental myopia: findings from a population-based study of 12-year-old Australian children. Invest Ophthalmol Vis Sci 2007; 48: 2520–2528.73).

La longueur axiale des yeux d’enfants est plus grande quand les parents sont myopes (Zadnik et coll.The effect of parental history of myopia on children’seye size. JAMA 1994; 271: 1323–1327). Si la prévalence de la myopie est plus forte chez les enfants de myopes, il est tentant d’incriminer l’influence de facteurs génétiques. Toutefois, en raisons des autres facteurs de risques sus cités, des parents myopes ont tendance à élever leur enfants dans un environnement peut-être plus « myopiegène » : moins d’activités extérieures, plus d’acticités intellectuelles de lecture (Edwards MH. Effect of parental myopia on the development of myopia in Hong Kong Chinese. Ophthalmic Physiol Opt 1998; 18: 477–483). L’effet protecteur des activités de plein air semble s’exercer autant sur les enfants issus de parents myopes que ceux issus de parents non myopes.

Myopie et réfraction périphérique

La fovéa est le siège de la vision fine, et occupe environ 1 degré au centre du champ visuel. La myopie est définie comme une réfraction excessive des rayons lumineux émis par les sources lointaines observées (l’image de ces sources se projette alors sur la fovéa). La vision embrasse tout le champ visuel et les sources situées en dehors du degré central sont également imagées sur la rétine. La façon dont les rayons lumineux émis par des sources lumineuses périphériques (ex : 15 ° d’excentricité) sont focalisés sur la rétine extra fovéolaire concerne l’étude de la réfraction périphérique (par opposition à la réfraction fovéolaire centrale). Des études expérimentales conduites chez l’animal ont montré que la rétine périphérique joue un rôle important dans le processus dit d’emmétropisation (contrôle de la croissance du globe oculaire destiné à maintenir un équilibre entre puissance focale du couple cornée cristallin et distance de la rétine) (Smith et coll. Effects of foveal ablation on emmetropization and form-deprivation myopia. Invest Ophthalmol Vis Sci 2007; 48: 3914–3922).
En moyenne, la réfraction périphérique est moins myope (plus hypermétrope) que la réfraction centrale. Une étude conduite chez 822 enfants âgés de 5 à 14 ans a montré que les yeux des enfants myopes ont une hypermétropie relative plus importante en périphérie que les yeux des enfants emmétropes et hypermétropes) (Mutti et coll. Peripheral refraction and ocular shape in children. Invest Ophthalmol Vis Sci 2000; 41: 1022–1030). Ces conclusions peuvent paraître surprenantes, mais optiquement, en raison de la courbure rétinienne périphérique, et de l’incidence des rayons issues des sources périphériques, ceux-ci peuvent alors tout à fait être défocalisés « plus loin », en arrière du plan rétinien (hypermétropie périphérique). Cette défocalisation périphérique est potentiellement la source d’une élongation oculaire, et d’une évolution de la myopie.

Des différences ethniques entre enfants d’origine asiatiques et africaine ont été retrouvées dans une étude américaine : la réfraction périphérique des yeux des enfants asiatiques était généralement plus hypermétropique que celle des enfants africains même myopes. (Mutti et coll. Refractive error, axial length, and relative peripheral refractive error before and after the onset of myopia. Invest Ophthalmol Vis Sci 2007;48: 2510–2519).

Une deviation plus hypermétropique de la refraction périphérique a été également retrouvée chez des enfants et adultes myopes d’origine chinoise. En revanche, les yeux hypermétropes des enfants et adultes chinois tendaient à avoir une réfraction périphérique plus myopique (Chen et coll. Characteristics of peripheral refractive errors of myopic and non-myopic Chinese eyes. Vision Res 2010; 50: 31–35). Ces données ont été confirmées par une étude récemment conduite chez des enfants d’origine chinoise à Singapour (Sng et coll. Peripheral refraction and refractive error in singapore chinese children. Invest Ophthalmol Vis Sci 2011; 52: 1181–1190).

La réfraction périphérique est sous l’influence de divers facteurs, dont l’asphéricité cornéenne (variation de la courbure périphérique de la cornée). Seules des études longitudinales pourraient accréditer la responsabilité de l’asphéricité de la cornée dans la genèse de la myopie. Une étude longitudinale récemment conduite chez 187 enfants âgés en moyenne de 7.2 ans a montré que lors de leur suivi, que la réfraction périphérique initiale n’avait pas d’influence sur le risque de développer une myopie. En revanche, les yeux devenus myopes ont développé une réfraction périphérique plus hypermétropique à 30° en nasal et en temporal Ainsi, l’état initial de la réfraction périphérique ne semble pas influer sur le risque de devenir myope, mais en revanche, l’apparition d’une myopie semble modifier la réfraction périphérique.

 

 

Myopie et cataracte

La myopie semble favoriser la survenue de certains types de cataracte comme la cataracte nucléaire, et la cataracte sous capsulaire postérieure (voir la page consacrée  à la cataracte). Cette association a été soulignée par deux études récentes (Pan et al. Myopia and Age-Related Cataract: A Systematic Review and Meta-analysis. Am J Ophthalmol. 2013 Aug 9, et Pan et al. Myopia, axial length, and age-related cataract: the singapore malay eye study. Invest Ophthalmol Vis Sci. 2013 Jul 2;54(7):4498-502). La cataracte peut en retour accentuer une myopie initialement axile (liée à la longueur excessive de l’oeil). Le mécanisme de l’augmentation de la myopie est lié à l’augmentation de l’indice de réfraction du noyau cristallinien: on parle de « myopie d’indice » (voir la page consacrée aux divers types de myopie). Ainsi, la myopie expose à la survenue d’une cataracte plus précoce et d’évolution plus rapide. La chirurgie de la cataracte peut corriger  ou réduire la myopie, par l’utilisation d’un implant de puissance adaptée.

 

Myopie et lentilles de contact

L’effet de « frein » sur la myopie d’une correction en lentilles de contact plutôt qu’en lunettes est souvent débattu. Certaines études n’ont pas pu démontrer de différence statistiquement significatives (Horner DG, Soni PS, Salmon TO et al. (1999) Myopia progression in adolescent wearers of soft contact lenses and spectacles. Optom Vis Sci, 1999;76, 474–9 – Katz J, Schein OD, Levy B et al. A randomized trial of rigid gas permeable contact lenses to reduce progression of children’s myopia. Am J Ophthalmol,2003; 136, 82–90). Certaines études ont même suggérer une augmentation de la vitesse d’évolution de la myopie chez des adolescent passant d’une correction lunettes à une correction en lentilles (Fulk GW, Cyert LA, Parker DE et al. The effect of changing from glasses to soft contact lenses on myopia progression in adolescents. Ophthalmic Physiol Opt,2003;23, 71–7 – Marsh-Tootle WL, Dong LM, Hyman L et al. Myopia progression in children wearing spectacles vs. switching to contact lenses. Optom Vis Sci,2009; 86, 741–7). Pourtant, l’équipement en lentilles de contact conventionnelle pourrait modifier la réfraction périphérique, en induisant une myopisation périphérique plutôt qu’une hypermétropisation périphérique, et ainsi avoir un effet bénéfique sur l’évolution de la myopie. Cette théorie est à l’origine du développement de lentilles de contact multifocale, au gradient de courbure modifiée afin d’accentuer cet effet de myopisation périphérique.

Une étude réalisée sur des jumeaux homozygotes a suggéré que des lentilles bifocales pourraient avoir un effet bénéfique en ralentissant l’évolution de la myopie (Hasebe S, Nakatsuka C, Hamasaki I et al. Downward deviation of progressive addition lenses in a myopia control trial. Ophthalmic Physiol Opt,2005; 25, 310–14). Un laboratoire (CooperVision) a développé des lentilles à « double focus » ‘MiSight), qui créent, par la juxtaposition de zones de puissances variables, une myopisation rétinienne périphérique, afin de ralentir la croissance de l’oeil. Une étude a montré que cet équipement pourrait ralentir la croissance de l’oeil ((0.11 ± 0.08mm in avec la lentille à double focus versus 0.22 ± 0.09mm avec les lentilles conventionnelles) (Anstice NS, Phillips JR (2011) Effect of dual-focus soft contact lens wear on axial myopia progression in children. Ophthalmology,2011; 118, 1152–61)

 

Myopie et orthokératologie

L’orthokératologie consiste à faire porter des lentilles rigides la nuit, de manière à induire une déformation cornéenne (aplatissement central) et corriger la myopie, car l’effet du port nocturne tend à persister dans la journée, après retrait des lentilles le matin. Il est difficile de valider l’hypothèse d’un effet freinateur de l’orthokératologie sur la myopie, en raison de problèmes méthodologiques (absence de groupe témoin, modification transitoire de la géométrie oculaire, etc.). Par ailleurs, l’orthokératologie expose à des complications microbiennes, en particulier chez l’enfant (Watt K, Swarbrick HA. Microbial keratitis in overnight orthokeratology: review of the first 50 cases. Eye Contact Lens,2005; 31, 201–8). L’effet freinateur supposé résulterait du changement d’asphéricité de la cornée (géométrie moins prolate / plus oblate), permettant d’induire une myopisation rétinienne périphérique.

 

Conclusion

 

Les mécanismes précis à l’origine de l’élongation excessive du globe oculaire, responsable de la plupart des myopies, demeurent méconnus. Les études suggèrent que sur le plan épidémiologique, les enfants d’origine asiatiques sont plus fréquemment atteints de myopie, et que l’on retrouve un lien (dont la causalité n’est pas démontrée) positif entre la lecture prolongée et la myopie, ainsi qu’un lien négatif entre les activités de plein air et la myopie. La population du continent européen est proportionnellement moins atteinte de myopie que celle du contient asiatique, mais la prévalence de la myopie y est en augmentation. Les activités de plein air pourraient un effet protecteur, et il apparaît raisonnable de ne pas en priver les enfants !

28 réponses à “Myopie: causes, facteurs de risque”

  1. Lefebvre Philippe dit :

    Bonjour

    Je suis père d’un enfant de 8 ans mi Thaï , mi français. A le voir , il a un héritage génétique bien plus marqué de mon côté. Il vit à Bangkok.
    Je viens de découvrir sa myopie.
    Les médecins Thaïlandais que j’ai consultés ne présentent , tout comme dans votre article , que des hypothèses pouvant éclairer l’apparition de la myopie.

    Sa vision sera donc corrigée. Port de lunettes .

    J’avais pensé à une opération laser qui m’a été formellement déconseillée pour un enfant de son âge car l’œil évolue.

    Ma question concerne donc la conduite à tenir pour les années à venir et plus particulièrement sur le temps passé en face de divers écrans dont il est très friand.
    Est- il préférable de réfréner son goût pour les jeux, films etc ou est- ce lui infliger quelque chose qui est désormais inutile..? En d’autres termes , sa myopie peut elle s’aggraver , même en portant des lunettes , s’il continue à s’adonner à ses jeux favoris..?
    Lui imposer un temps de lecture maximum est il toujours utile alors que le mal est fait..?

    Merci de votre réponse

  2. Dr Damien Gatinel dit :

    Les recommandations actuelles en matière de correction de la myopie chez l’enfant préconisent simplement de corriger celle-ci en totalité (pas de sous correction). Il semblerait aussi que la pratique régulière d’activité de plein air puisse avoir un rôle protecteur, du moins freinateur sur l’évolution de la myopie. La chirurgie laser est effectivement contre indiquée. Le travail sur écran, les activités de près et « in door » sont associées à la prévalence de la myopie, mais leur rôle sur l’évolution de celle-ci est difficile à quantifier. Le propre de la myopie de l’enfant est malheureusement d’évoluer avec le temps, car l’oeil myope est « trop long », et sa croissance continue jusqu’à 18 à 23 ans environ (parfois plus).

  3. azzout lyazid dit :

    Bonjour,
    j’ai ma fille de 11 ans qui est myope , elle a vue un ophtalmo l’année dernière (elle été a 7/4) porte de lunette, dernièrement a eu une visite d’infirmière de collège qui a constaté que sa vue a encore baissé!!!! le choc avec les lunettes sa vision est 3 et 4 . en on tombés de haut. c’est une fille très brillante a l’école est comme elle a que 11 ans ça veux dire que le problème ne vas pas cesser d’évoluer! Que va t’elles devenir a 15 ans ou 18/20 ans. peut elle devenir aveugle???? j’attends vos conseils avec impatience docteur. Je vous remercie d’avance.

  4. Dr Damien Gatinel dit :

    La myopie de votre fille va effectivement évoluer jusqu’à l’âge adulte. Il est important qu’elle puisse bénéficier d’une bonne correction optique. La myopie est cela dit relativement « banale » chez les adolescents. Votre fille ne sera pas aveugle mais devra corriger sa myopie avec des verres de lunettes, puis des lentilles. Une chirurgie réfractive pourra être proposée à l’âge adulte si elle le souhaite.

  5. GROSS Célia dit :

    Bonjour,

    J’aurais aimé vous poser une question. Je suis hypermétrope depuis toute petite (j’ai 22ans). Mon opticien m’a récemment fait un test de vue et il m’a dit que je suis devenue myope.
    Est-ce possible de changer subitement d’amétropie?

  6. Dr Damien Gatinel dit :

    Il est possible de développer une myopie tardive après avoir été légèrement hypermétrope, mais cette situation est relativement rare. Les études soutenues (ex: préparation de concours) peuvent occasionner ce que l’on appelle familièrement « la myopie de l’étudiant ». Il faut tout de même s’assurer que la mesure de votre réfraction s’est faite sans que vous accommodiez. A priori, la myopie provoque un flou visuel permanent pour les cibles lointaines, et si vous ressentez ce flou, c’est que vous êtes devenue myope. A l’inverse, une légère hypermétropie occasionne éventuellement une fatigue visuelle, des maux de tête, mais pas de flou visuel de loin à 22 ans.

  7. MOUGIN Anaïs dit :

    Bonjour,
    Tout d’abord, merci pour cet article très intéressant.
    Voici ma question :
    Je suis myope depuis mon enfance, et je me suis faite opérer à l’âge de 20 ans ( ma myopie était alors assez élevée, environ -9 dioptries ). Suite à cette opération j’avais retrouvé une bonne vue, environ -0.5 dioptrie. Le problème c’est que depuis, ma myopie évolue encore régulièrement, et là, à 34 ans, je suis à -3 dioptries … Comment expliquer cela ? La vue n’est-elle pas censée stagner vers 20-25 ans ? Par ailleurs, ma myopie va t’elle encore continuer d’évoluer ?
    Merci par avance de votre retour.

  8. Dr Damien Gatinel dit :

    Votre situation est malheureusement classique. Une myopie mesurée à -9 Dioptries à l’âge de 20 ans n’est jamais une myopie stable. Un degré élevé de myopie traduit une évolution rapide et qui ne sera pas stoppée ni par le temps, ni bien sûr par une chirurgie réfractive. Il convient de distinguer les myopies faibles et moyennes (jusqu’à -6 ou – 7 D), qui se stabilisent après la croissance du globe oculaire (vers la vingtaine), des myopies plus fortes, qui le sont parce qu’elles sont justement évolutives. Si vous n’aviez pas été opérée, vous auriez aujourd’hui, 14 ans plus tard, une myopie de -13 D environ… Il est toutefois possible d’envisager un retraitement si l’épaisseur résiduel du mur postérieur de la cornée est suffisant. Un bilan et de mesures préopératoires sont nécessaires pour valider cette possibilité.

  9. Angélique dit :

    Bonjour,

    Alors moi j’aurai des questions, je suis myope depuis l’age de 5 ans, mes parents ne sont pas myopes et n’ont aucun problème de vue, ni personne de ma famille d’ailleurs (que ce soit côté paternel comme maternel).
    J’aurai voulu connaitre les causes de ma myopie, enfant j’étais tout le temps dehors, vers 6 ans j’étais beaucoup devant la TV le matin, le reste de la journée dehors. Je n’ai donc aucun critère ici cité.
    Aujourd’hui j’ai 27 ans et j’ai -6 œil gauche et -4 œil droit… Est ce que je vais transmettre cette myopie à mes enfants ?? D’où me viennent ces problèmes de vues ??

    Merci de votre réponse

  10. Dr Damien Gatinel dit :

    Il est difficile de prédire si vous transmettrez votre myopie à vos enfants. Dans cet article, sont cités des facteurs de risques et corrélation, qui ont une valeur statistique, mais qui ne permettent pas toujours de prédire ou expliquer l’apparition d’une myopie au niveau individuel. De nombreux cas de myopie sont « sporadiques », ils peuvent être induits par des « mutations » génétiques, des facteurs inconnus, une « dysarmhonie » entre certains paramètres biométriques comme la courbure de la cornée et la longueur du globe oculaire (en général, cette dysharmonie n’explique pas les myopies supérieures à 4 ou 5 dioptries).

  11. Milène dit :

    Bonjour,
    je suis myope depuis mes 17 ans (aujourd’hui j’en ai 20). Je voudrais savoir quand la myopie se stabilise lorsqu’elle commence tard ? De plus j’ai remarqué que je vois mieux quand je pense la tête en arrière est ce normal ?

  12. Dr Damien Gatinel dit :

    Votre myopie correspond certainement à ce que l’on désigne sous l’appellation commmune de « myopie de l’étudiant », liée au travail scolaire et aux efforts soutenus en vision de près. Ce type de myopie cesse généralement d’évoluer avec la fin des études. Le fait de mieux voir en penchant la tête en arrière est lié probablement à ce que la paupière supérieure rétrécit alors le diamètre de la pupille d’entrée de l’oeil (« filtre un peu les rayons »). La réduction du diamètre de la pupille permet de réduire le flou rétinien induit par la myopie légère.

  13. Dr Damien Gatinel dit :

    Votre question est intéressante. Effectivement, on considère généralement que la vision nette à 6 mètres (qui peut atteindre 20/10 soit le maximum du pouvoir séparateur rétinien) revient à une vision nette à l’infini. La vergence d’une cible a 6m est de 1/6D soit 0.15 Dioptrie, ce qui est en theorie négligeable. A 4m, le même calcul fournit une vergence de 0.25D qui correspond au seuil de détection du defocus de l’oeil humain. En pratique, on constate souvent que les hypermétropes légers, même devenus presbytes, ont une meilleure vision (au moins sur le plan subjectif) à 10 mètres, voire 30 mètres qu’à la distance classique de lecture dans un cabinet d’ophtalmologie.

  14. Caroline dit :

    Bonjour,
    Merci pour toutes ces explications.
    Mon fils âgé , aujourd’hui, de 13 ans a eu une hypermétrope avec un strabisme corrigé de 2 ans à 9 9 ans.
    Aujourd’hui on me dit qu’une légère myopie apparaît. C’est un grand lecteur et Addict des jeux vidéo…
    Faut il diminuer signicativement son temps passé devant les jeux vidéo?
    Il souhaite faire du tir à l’arc mais il ne voit pas les reliefs… Est ce que la pratique de cette activité lui est contre indiquée où au contraire peut elle être bénéfique?
    Merci de votre retour.

  15. Dr Damien Gatinel dit :

    L’apparition d’une myopie à l’adolescence peut tout à fait succéder à une hypermétropie. Les enfants naissent hypermétropes, puis l’oeil s’allonge et l’hypermétropie se corrige « naturellement » chez l’hypermétrope. Quand la longueur de l’oeil dépasse la longueur « optimale » (qui dépend de certains paramètres comme la puissance de la cornée et du cristallin), une myopie apparaît. Les facteurs de risques sont indiqués dans l’article, et actuellement, le manque de temps passé à l’extérieur semble être corrélé à l’apparition de la myopie. La pratique d’une activité régulière de plein air pourrait avoir un effet bénéfique et ralentir l’évolution de la myopie.

  16. Thomas dit :

    Bonjour,

    Tout d’abord merci pour cet article, très clair et instructif.

    J’ai des craintes concernant l’évolution de ma myopie :

    mon cas :
    – pas de cas de myopie dans ma famille
    – acuité visuelle > 10/10e depuis mon enfance, jusqu’à mes 30 ans (au moins, date de mon dernier test visuel par la médecine du travail)
    – j’ai 32 ans… depuis un à deux mois environ, j’ai une perte de détails sur les éléments de loin ( > 3m), coté oeil gauche (oeil directeur).
    – je viens d’aller voir un ophtalmo, qui me confirme que je suis myope de -0.75D sur l’oeil gauche

    J’avoue avoir du mal à comprendre comment ça peut arriver à cet age, et surtout de manière aussi rapide…
    Mon ophtalmo n’a aucune réponse à mes questions :
    – d’où provient cette soudaine myopie ?
    – va-t-elle évoluer ?

    Je passe ma vie devant des écrans, sans forcément faire de pause pendant mes longues journées de travail. Je suppose donc qu’il y a un lien environnemental, même si je pratique des sports en extérieur quand je peux.
    Les premiers signes de gène sont apparus pendant le traitement de chalazions sur cet oeil… (Maxidrol + compresses d’eau chaude) et je soupçonne qu’il y a un lien de cause à effet, mais on me certifie que non…

    Bref, j’avoue être assez inquiet.

    Merci de votre réponse

  17. Dr Damien Gatinel dit :

    La survenue tardive d’une myopie s’observe parfois en cas de travail prolongé en vision de près (myopie « de l’étudiant »). Il faut aussi éliminer d’autres causes plus rares comme un début de cataracte nucléaire. Enfin, chez les patients qui travaillent beaucoup sur écran, on observe parfois une tendance à la pratique de frottements oculaires vigoureux, qui peuvent, par le bais d’une modification de la géométrie de la cornée, provoquer une légère myopie et de l’astigmatisme.

  18. Jacques dit :

    Bonjour,

    L’ophtalmologue des enfants (dont l’un a 11 ans, correction de -3;50 à un oeil et -4,00 à l’autre ; progression de -0;75 en un an pour un oeil) est adpte de la sous-correction. Vous-même, vous ladécouragez. Les arguments des deux positions sont tout aussi logiques.

    Comment trancher, de mon point de vue de béotien ? Y a-t-il des études comparatives ? Vont-elles toutes dans le même sens ? Aussi concernant les lentilles

    Autre questions :
    1. Est-il souhaitable qu’ils ne mettent pas leurs lunettes, lorsqu’ils n’ont pas vraiment besoin d’une vision précise, par exemple lorsqu’ils se détendent en jouant au tennis de table ?
    2. Lire dans la voiture peut-il avoir un impact sur leur vision en général, et leur myopie en particulier (il lisent envirion 30 mins le matin et 15 mins le soir).
    3. Donc une activité sportive en intérieur n’a pas d’influence positive sur leur myopie, contrairement à une activité extérieure. Mais quelle différence y a-t-il par exemple entre une partie de basket ou de tennis en intérieur et une autre en extérieur. Ils focalisent leur vision sur les mêmes distances. En outre, on parle un peu partout cet effet bénéfique de la vision éloignée sur la myopie, mais quelle est cette distance ? 10m, 100m, 1000m ?

    Merci pour ce site et vos réponses : c’est tout simplement génial !

    Et merci d’avance pour votre réponse.

    Jacques.

  19. Dr Damien Gatinel dit :

    L’intérêt de ne pas sous corriger les enfants a été bien souligné dans plusieurs études bien conduites, car il semble que le flou rétinien induit par la myopie soit lui meêm une source d’accentuation de l’allongement de l’oeil (et donc d’une accentuation de la myopie). S’il est possible à vos enfants de jouer au tennis de table sans lunettes c’est que leur myopie est faible, et il est difficile de dire si sur un plan individuel, ceci aura des conséquences positives ou négatives sur leur devenir visuel. La lecture prolongée a été corrélée à la myopie chez les enfants, mais là encore il ne s’agit pas d’interdire aux enfants de lire, en voiture ou à la maison. Prodiguer un éclairage suffisant est certainement bénéfique dans tous les cas. Les activités sportives pratiques indoor n’ont certainement pas le même effet qu’en extérieur… car l’effet positif n’est pas lié au sport mais simplement au temps passé dehors. La luminosité en extérieur supérieure de plusieurs magnitudes à celle à laquelle on s’expose à l’intérieur. La distance de vision ne joue pas un rôle flagrant dans cet effet de prévention de la myopie grâce aux activités « outdoor ».

  20. Elisa dit :

    Bonjour,

    Merci pour ce site.

    Je comprends d’après une des réponses ci-dessus qu’une myopie forte (-9 et au delà) ne s’arrêtera jamais d’évoluer. Je suis dans le même cas que cette personne (myopie de -9 opérée à 22 ans, et j’ai à nouveau perdu 1,5 dioptries depuis, ce qui m’amène 7 ans plus tard à -2,5 car je n’avais pas tout recupéré ) sans retouche possible car le mur est limité.Dois-je donc me préparer à basculer de nouveau dans la myopie forte et si oui, quelles solutions s’offrent à moi? Est-il possible d’implanter des ICL des années après lasik dans ce cas? (Je sais qu’il est possible de faire l’inverse).
    Merci!

  21. Dr Damien Gatinel dit :

    Si le mur résiduel postérieur est trop aminci, il pourrait être envisagé de ;
    -réaliser une PKR (sans resoulever le capot)
    – resoulever le capot et délivrer la correction sur la face postérieure de celui-ci
    – implant une lentille intraoculaire (ICL) mais votre myopie est trop « faible » pour le moment.

    Je privilégie généralement la seconde solution, si le capot présente une épaisseur suffisante, ce qui doit être vérifé en réalisant une mesure par OCT de la cornée.

  22. lucie dit :

    Bonjour,
    merci pour cet article instructif.
    J’ aurai voulu savoir a quelle distance on commence à voir flou avec une myopie d’environ -1 ?
    Est-ce que le fait d’avoir eu un strabisme favorise l’apparition de la myopie ?
    Merci d’avance pour vos réponses

  23. Dr Damien Gatinel dit :

    En théorie, une myopie de -1D provoque un flou visuel au delà de la distance d’un mètre environ. Le strabisme ne provoque pas la myopie au sens où ce défaut optique traduit en général une longueur excessive du globe oculaire.

  24. Joey dit :

    Bonjour, j’ai 15 ans et depuis mes 10 ~ 11 ans je suis myope.

    Oeil Gauche : -4 ~ -4.5
    Oeil Droit : -3 ~ -3.5

    J’aimerais savoir si cela va s’arrêter un jour, chaque année je vais chez mon ophtalmologue pour corriger ma vue. Je porte des lunettes. Je passe pas mal de temps devant mon ordinateur j’aimerais savoir si cela à un impact sur ma vue.

    Ma mère est elle aussi myope mais ne porte pas de lunette, son père l’est aussi et en porte.

    Est-ce que ma vue va arrêter de baisser ? Merci de votre réponse.

  25. Dr Damien Gatinel dit :

    La progression de la myopie est malheureusement individuellement difficile à prédire, mais il existe des tendances statistiques, qui montrent que la myopie moyenne évolue plus vite à l’adolescence, mais se stabilise généralement entre 20 et 25 ans. Plus la myopie est faible et apparait tardivement et plus sa stabilisation est précoce et inversement. Dans votre situation, on peut a priori espérer que la myopie ne progresse plus beaucoup (peut être une dioptrie supplémentaire?), mais ceci dépend de facteurs génétiques, et environnementaux, ainsi que de la durée de vos études secondaires et/ou supérieures éventuelles. Le travail prolongé de près (écrans, livres), semble être un facteur aggravant, peut être parce qu’il a pour corollaire un temps réduit passé à l’extérieur (les enfants qui passent régulièrement du temps à l’extérieur semblent être moins atteints de myopie que les autres).

  26. […] bon choix pour vos enfants  Editions Thierry Souccar Damien Gatinel (docteur) : Myopie définition, mécanismes, épidémiologie, facteurs de risques, (un excellent article […]

  27. Aurélie Guyot dit :

    Bonjour Docteur,
    Ma fille de 10 ans est myope depuis ses 6 ans et sa myopie évolue constamment et rapidement (-0.75 en 8 mois). Nous vivons à Dubai et ici on nous préconise l’orthokératologie. Or à aucun moment on nous a évoqué les risques infectieux. Pensez-vous qu’aujourd’hui le rapport bénéfices/risques soit satisfaisant?Quel est l’avis du corps médical en France?
    Merci par avance pour votre réponse

  28. Dr Damien Gatinel dit :

    L’orthokératotologie est une technique relativement récente, mais qui semble apporter une réponse correctrice intéressante pour la myopie des enfants et adolescents. Certaines études suggèrent que les aberrations optiques générées par l’orthokératologie pourraient contrebalancer celles qui seraient à l’origine de la progression de la myopie. Plus simplement, il est possible que la correction en orthokératologie puisse freiner la progression de la myopie. Ces données devront être confirmées par d’autres études. Le risque infectieux lié au port de lentilles est à considérer, mais le respect strict des règles d’entretien et de port suffit à réduire grandement celui-ci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *