+ +

Myopie d’indice

La myopie d’indice est définie comme une myopie causée (ou accentuée si l’oeil était auparavant atteint de myopie axile) par une augmentation de la puissance du cristallin. Elle se rencontre essentiellement au cours de l’évolution d’une cataracte nucléaire (opacification du noyau du cristallin). Cette myopisation est liée à une augmentation de la puissance optique de la partie centrale du cristallin. L’analyse plus détaillée des modifications optiques liées à la densification de la partie centrale du cristallin révèle que non seulement la réfraction « dérive » vers la myopie, mais que le différentiel croissant entre la puissance optique centrale et périphérique du cristallin génère une élévation du taux d’aberration sphérique négative d’origine interne.

L’image suivante correspond à une photo prise au biomicroscope de l’oeil gauche d’une patiente de 61 ans, myope depuis l’adolescence, et présentant une augmentation récente de sa myopie :  environ 4 Dioptrie en 2 ans.

cataracte nucleaire myopie d'indice

Aspect au biomicroscope (lampe à fente) d’une cataracte nucléaire responsable d’une myopie d’indice

Le différentiel de puissance entre le centre du cristallin (plus puissant) et sa périphérie (moins puissante) peut être responsable d’une augmentation de l’aberration sphérique négative. L’examen aberrométrique est utile pour quantifier cette modification. Si le cristallin transparent génère habituellement un taux modéré d’aberration sphérique négative (ex: -0.1 micron pour 6 mm de pupille), ce taux augmente significativement (de plus en plus négatif) au cours de l’évolution de la cataracte nucléaire. Il s’accompagne également d’une élévation conjointe des aberrations de type trefoil. Un astigmatisme interne (non cornéen) d’orientation inverse est également fréquemment observé.

Ainsi une myopisation avec  augmentation du taux d’aberration sphérique négative oculaire d’origine interne (cristallin) doit faire suspecter la présence d’une cataracte débutante. L’examen attentif à la lampe à fente (biomicroscope) permet souvent de déceler une légère densification du noyau cristallinien. L’acuité visuelle à contraste maximal corrigée n’est pas forcément réduite dans les formes débutantes.

La comparaison entre deux relevés aberrométriques séparés dans le temps d’environ 20 mois permet de suspecter la présence d’une myopisation d’indice. Entre ces deux relevés de l’oeil gauche d’une femme de 60 ans, la myopie a progressé de deux dioptries, et une cataracte nucléaire s’est développée (correspondant à la photo en image ci dessus).

aberrations optiques myopie d'indice

Ces cartes établies grâce au topographe aberromètre OPD SCAN III montrent le changement de la réfraction (Sph pour Sphère: de -4D, myopie axile ancienne, à – 8D le différentiel étant lié à l’augmentation de la vergence du cristallin densifié), et l’augmentation des aberrations optiques d’origine interne (internal HO RMS, pour un diamètre de pupille proche de 4 mm). Ces variations sont provoquées des phénomènes physico chimiques liés à la dénaturation des protéines cristalliniennes (cataracte nucléaire)

Il est intéressant de comparer les aberrations optiques mesurées pour chaque contingent : oculaire, cornéen et interne, avant et après l’apparition de la cataracte et de la myopie d’indice.

aberrations de haut degré cristallin clair

Relevé des aberrations optiques de l’oeil entier (à gauche), de la cornée antérieure (au milieu) et des dioptres internes (dont le cristallin : à droite). L’aberration sphérique interne est légèrement négative (flèche)

Le relevé effectué après l’installation de la cataracte révèle une élévation du taux RMS des aberrations d’origine interne, alors que le taux RMS des aberrations d’origine cornéenne est relativement constant.

aberrations de haut degré cataracte

Aberrations optiques mesurées après l’apparition de la cartaracte nucléaire. Le taux d’aberration sphérique négative d’origine interne a significativement augmenté.Le terme correspondant au défocus a également augmenté (le défocus de signe positif dans la classification de Zernike correspond à une réfraction myopique). Le trefoil d’origine interne également augmenté.

Une réponse à “Myopie d’indice”

  1. […] par l’induction de taux important d’aberration sphérique négative (voir la page aberrométrie: myopie d’indice). Chez un patient dont la myopie se remet à progresser après quelques décennies de stabilité, […]

Laisser un commentaire

Vous pouvez poser des questions ou commenter ce contenu : pour cela, utilisez le formulaire "commentaires" situé ci-dessous. Seront traitées et publiées les questions et commentaires qui revêtent un intérêt général, et éclairent ou complètent les informations délivrées sur les pages concernées.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *