+ +

Quelle est la signification de la fréquence du laser excimer (ex : 200 Hz) en chirurgie réfractive ?

L’émission du laser excimer utilisé pour la correction des défauts réfractifs (myopie, astigmatisme, hypermétropie, presbytie) se fait de manière discontinue. Cette fréquence correspond ainsi au nombre de tirs par seconde qui sont émis par le système de délivrance du laser. Les lasers à balayage par spots (ex : Wavelight, Schwind, Technolas) ont des fréquences comprises entre 100 et 500 Hz (un laser cadencé à 100 Hz émet  donc 100 spots par secondes). Plus l’émission est rapide, plus le traitement est court. Le niveau de fréquence se doit d’être suffisamment élevé pour réduire la durée du traitement, mais conernant cette durée, compte également la taille du spot (plus les spots sont « petits », et plus il en faut pour enlever le même volume de tissu cornéen par photoablation : un spot de 1 mm retire deux fois moins de tissu qu’un spot 1.5 mm).

De plus, il n’est certainement pas souhaitable d’augmenter la fréquence de tir au-delà de 4 à 500 Hz. En effet, une fréquence de tir rapide implique qu’en cas de « bougé » de l’œil, ou de mouvement brusque de la tête, le nombre de spots tirés pendant le court laps de temps séparant le mouvement et l’éventuelle interruption du traitement sera plus grand. Cela risque d’accentuer l’irrégularité liée à des tirs mal dirigés en raison du « bougé ».

De fait, une fréquence de tirs élevée impose à l’eye tracker (le système de poursuite des mouvements oculaires, qui permet de prendre en compte des micro mouvements de l’oeil et d’interrompre automatiquement le traitement en cas d’excursion oculaire marquée) de travailler à une fréquence au moins égale à celle du laser, ce qui augmente grandement le coût de cette technologie.

Enfin, et c’est peut être l’élément le plus limitant, les tirs répétés à très haute fréquence induisent une élévation exponentielle de la température locale, source potentielle d’inflammation cornéenne en post opératoire. Or, il n’y a pas de système intégré de refroidissement avec les lasers excimers, qui délivrent leurs spots de manière aléatoire pour en répartir la distribution et permettre aux zones « fraichement ablatées » de refroidir en attendant le prochain tir. Une fréquence moins élevée permet ainsi à la température de ne pas dépasser un seuil critique.

Laisser un commentaire

Vous pouvez poser des questions ou commenter ce contenu : pour cela, utilisez le formulaire "commentaires" situé ci-dessous. Seront traitées et publiées les questions et commentaires qui revêtent un intérêt général, et éclairent ou complètent les informations délivrées sur les pages concernées.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *