+ +

Gatinel D. Les frottements répétés sont ils la cause nécessaire et suffisante du kératocône? Réalités Ophtalmologiques #234, Septembre 2016

Le kératocône est considéré comme une dystrophie cornéenne d’origine inconnue. Cet article reprend le contenu d’un article publié récemment en anglais (Eye rubbing: a sine qua non for keratoconus?)  et qui soulève et justifie l’hypothèse que la cause primitive du kératocône pourrait être mécanique et directement reliée à la pratique de frottements oculaires réguliers et vigoureux. Quel que soit le terrain génétique ou environnemental des sujets exposés, il existe de nombreux arguments tangibles pour  postuler que sans frottements oculaires, il n’y aurait pas de déformation ni ectasie de la cornée.

SI cette hypothèse était vérifiée, le kératocône pourrait ainsi être éradiqué, à la condition que les enfants, adolescents, adultes jeunes, soient informés de la nocivité potentielle des frottements oculaires répétés, et cessent ou évitent définitivement ceux-ci en cas d’épisode de prurit oculaire.

Télécharger:

Gatinel D. Les frottements oculaires sont ils la cause necessaire et suffisante du keratocone. Realites Ophtalmologiques #234, Septembre 2016

Kératocone et frottements oculaires Réalités Ophtalmologiques

2 réponses à “Gatinel D. Les frottements répétés sont ils la cause nécessaire et suffisante du kératocône? Réalités Ophtalmologiques #234, Septembre 2016”

  1. Djelloul Damerdji dit :

    Effectivement le clignement et le frottement est un facteur déclenchant de la déformation cornéenne avant l’âge de 30 ans , avant que la partie antérieure du stroma corneen n’amorce sa dureté .
    Mais néanmoins ceci ne s’applique pas à tout les individus .
    Il y a des familles qui développent un keratocone et d’autres pas.
    Il y a des catégories de personnes qui développent des ectasies post Refractive alors qu’on n’a pas pu retrouver avant trt un keratocone infra clinique et d’autre pas.
    La cornée n’a pas livré tout ses secrets .

  2. Dr Damien Gatinel dit :

    Merci pour votre commentaire. Les situations cliniques où l’on rencontrent le kératocône sont loin d’être stéréotypées, mais c’est cette variabilité qui justement ne peut qu’interpeller: comment expliquer la différence de stade entre les deux yeux, au sein d’une même fratrie, et un âge de survenue extrêmement variable? Le KC est plus fréquent au sein de certaines familles, mais cela n’en fait pas pour autant une affection génétique. Simplement, certaines prédispositions génétiques existent, comme on rencontre des familles dont les membres sont plus enclins à la luxation de l’épaule ou l’entorse de cheville. Cependant, il faut un traumatisme déclencheur aigu ou répété pour déclencher l’apparition de la maladie. Soulignons qu’aucun gène n’a pu être impliqué pour expliquer le kératocône, malgré des recherches poussées. Chez les patients où le KC apparaît tard (ex: après 30 ans), on retrouve systématiquement à l’interrogatoire bien conduit la notion de frottements oculaires fréquents et répétés survenant à l’occasion du déclenchement d’une allergie, ou un changement d’affectation professionnelle (travail de nuit, manutention, écrans, etc.). De même, on observe effectivement de rares cas d’ectasie pour lesquels l’examen rétrospectif des cartes topographiques ne révèle absolument rien d’anormal. Il s’agit parfois d’un amincissement excessif de la cornée, mais aussi, comme je l’ai constaté chez ce type de patients, de la conséquence de frottements réguliers, déclenchés par l’induction d’une sécheresse oculaire post opératoire sévère. L’hypothèse mécanique exposée dans cet article peut sembler réductrice, mais elle me paraît beaucoup mieux expliquer ce que l’on observe en clinique que l’existence d’une dystrophie non étiquetée sur plan génétique et bio-moléculaire. L’absence de progression de la maladie chez les sujets qui cessent définitivement de se frotter les yeux est un argument fort en faveur d’une étiologie mécanique – il reste à publier cette série pour laquelle je pense qu’au moins 5 années de suivi semble nécessaire.

Laisser un commentaire

Vous pouvez poser des questions ou commenter ce contenu : pour cela, utilisez le formulaire "commentaires" situé ci-dessous. Seront traitées et publiées les questions et commentaires qui revêtent un intérêt général, et éclairent ou complètent les informations délivrées sur les pages concernées.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *