+ +

Choisir le LASIK ou la PKR ?

Introduction

 Le choix entre PKR et LASIK est une étape importante en vue de la réalisation d’une correction de chirurgie réfractive. Il doit être fait au terme de la consultation pré opératoire, en fonction des résultats de l’examen clinique (réfraction, topographie cornéenne, etc.) et de l’examen du patient.

Le choix de la technique laser dépend des facteurs suivants:

Défaut visuel (amétropie)

Le LASIK et la PKR procurent des résultats équivalents pour les myopies comprises entre -0.50 D et 6D. Au delà, le LASIK est une option préférable, car sa précision est meilleure pour les fortes myopie (moins de sous correction).

Le LASIK est la meilleure technique à proposer aux hypermétropes, car les techniques de surface sont source d’une régression cicatricielle plus importante avec risque de sous correction.

La présence d’un astigmatisme inférieur à 3D n’est pas une indication particulière en faveur du LASIK ou de la PKR. Au delà, la réalisation d’un LASIK procure une meilleure précision.

Epaisseur et régularité de la cornée

La présence d’une épaisseur cornéenne centrale inférieure à 500 microns semble une indication préférentielle pour la PKR (surface). Pour déterminer la faisabilité du LASIK, il est important de prédire l’épaisseur du mur résiduel postérieur (épaisseur de la cornée centrale à laquelle on retire l’épaisseur du capot et du tissu retiré par la photoablation). Quand celui-ci est inférieur à 250 microns, il est préférable d’opter pour une technique de surface si la correction le permet.

La préservation d’un mur résiduel suffisant est une garantie nécessaire mais pas suffisante pour permettre la réalisation d’un LASIK; la cornée doit être suffisamment régulière. L’étude détaillée de la topographie de la cornée (antérieure, postérieure) et des variations de son épaisseur (tomographie) est nécessaire pour déterminer la possibilité de réaliser un LASIK. Le recueil de certains éléments peut aider à préciser le risque de kératocône fruste qui est une contre indication absolue au LASIK, mais qui peut dans certains cas être compatible avec la réalisation d’une PKR.

L’âge du patient, la présence d’antécédents familiaux de kératocône, l’existence d’un terrain atopique doivent être recherchés.

Présence d’anomalies de la surface oculaire

La présence d’une cicatrice cornéenne entraînant une réduction significative de la transparence et/ou régularité de la cornée est une indication préférentielle à la réalisation d’une technique de surface (PKR). En cas de sécheresse oculaire non compliquée, LASIK et PKR sont possibles, mais la PKR est une option préférable pour certains auteurs.

Souhait du patient (quand les deux techniques sont réalisables).

Certains patients préfèrent opter pour la technique qu’ils jugent la moins invasive (surface, PKR), d’autres pour une récupération plus rapide et confortable (LASIK). La pratique de sports de combats avec risque de traumatisme oculaire est en faveur d’une technique de surface (absence de risque de déplacement du capot).

Plus d’information sur la page détaillant les éléments de choix pour poser une indication de LASIK ou de PKR

Laisser un commentaire

Vous pouvez poser des questions ou commenter ce contenu : pour cela, utilisez le formulaire "commentaires" situé ci-dessous. Seront traitées et publiées les questions et commentaires qui revêtent un intérêt général, et éclairent ou complètent les informations délivrées sur les pages concernées.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *