+ +

Tissue saving

Le mode « tissue saving » ou économie tissulaire, est une « option » (payante) proposée parfois pour la chirurgie en LASIK pour la correction de la myopie. Elle a été introduite par la société Bausch and Lomb puis Technolas avec le laser Technolas Z100. Contrairement à ce que suggère sa dénomination, elle n’implique pas de réelle économie tissulaire, du moins vis à vis de la plupart des plateformes laser concurrentes et de ce qu’imposent les lois de l’optique.

 

En savoir plus : Qu’est ce que le tissue saving?

En revanche, le mode « tissue saving » représente effectivement une moindre ablation tissulaire vis à vis … du mode d’ablation laser précédent proposé par défaut par le laser Technolas Z100, appelé « Planoscan », qui provoquait un excès d’ablation tissulaire vis à vis de l’ablation minimale requise pour la correction de la myopie. En effet, la taille des spots laser était de 2 mm, ce qui obligeait à réaliser de larges zones de transition et donc une ablation légèrement plus profonde que les lasers concurrents, munis de spots de 1 mm (ex: Wavelight, Meditec) ou de système à faisceau plein (Visx) ou à balayage par fente (Nidek). La carte « tissue saving » permet au laser Technolas de réduire la taille de ses spots à … 1 mm, et réaliser les mêmes ablations que les lasers concurrents ! Rappelons à ce sujet que la profondeur d’ablation du laser minimale est dictée par les lois de la physique et non par la technologie laser; environ 12 microns par dioptrie pour une zone optique de 6 mm.

Le mode d’économie tissulaire demeure malheureusement une « option » alors qu’il est « de série » avec les lasers concurrents; il fait l’objet d’une tarification supplémentaire du fabricant…qui est répercutée sur le coût de la procédure payée par le patient.

A la lumière de ces données, il semble éthique que tout LASIK devrait être effectué en routine au moyen de la stratégie d’ablation la plus économe en tissu cornéen, et cela sans surcoût pour le patient.

La réalisation de traitements dits « personnalisés » (correction des autres défauts visuels que la myopie ou l’astigmatisme, appelés aberrations de haut degré) relève aussi dans bien des cas d’une stratégie commerciale destinée à augmenter le prix de la procédure LASIK par rapport au « prix d’appel ».  Ce type de correction n’est pas forcément indiqué pour les corrections courantes, pour lesquelles le véritable enjeu est de corriger au mieux la myopie (+/- l’astigmatisme), sans augmenter le taux de ces aberrations de haut degré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *