Punctum remotum

Le punctum remotum est le point le plus éloigné qu »un oeil peut percevoir comme net. Chez un emmétrope, ce point est à l’infini; l’oeil emmétrope voit donc net et sans effort  à l’infini (en pratique au delà de 5 mètres), sans aucun effort d’accommodation. L’image des objets éloignée se forme de manière nette (stigmatique) sur la rétine. On dit que la rétine est « conjuguée » avec l’infini.

Au contraire, chez un myope, le punctum remotum est à une distance finie de l’oeil ( ex: 2 mètres).  La distance du plan avec lequel la rétine est conjuguée permet de qantifier la myopie en dioptries: il suffit de calculer l’inverse de la distance (exprimée en mètre). Si le punctum remotum est à 2 mètres, la myopie est de 1/2 = – 0.5 Diopries (le signe négatif est une convention).

Quand la myopie est proche de 3 Dioptries, le punctum remotum est situé à environ 33 cm de l’oeil, ce qui est une distance utile pour la lecture: celle-ci est donc accomplie sans effort d’accommodation chez le myope de -3D.

Chez l’hypermétrope, le punctum remotum est situé « derrière l’oeil ». Ceci traduit le fait que l’image qui est vue nette par un oeil hypermétrope (au repos, sans accommodation) est « virtuelle ». Une manière plus « pratique » de concevoir ceci est de postuler qu’un oeil hypermétrope ne peut voir net que des sources dont les rayons captés par l’oeil seraient « convergents » (ils convergeraient de fait vers le plan contenant le punctum remotum). La correction de l’hypermétrope s’effectue grâce à un verre de puissance « positive » (convergent) qui permet aux rayons incidents émis par des sources éloignées (rayons arrivant de manière parallèle) de converger vers l’oeil. Chez les jeunes hypermétropes, les efforts d’accommodation permettent à l’oeil de « compenser » l’hypermétropie; celle-ci se démasque alors vers la quarantaine (âge d’installation de la presbytie). Par exemple, si l’hypermétrope de l’oeil au repos (sans accommodation) est de + 1D (le signe positif est une convention pour l’hypermétropie), une accommodation de 1 D suffit pour que l’oeil voit à nouveau net. Ce type d’accommodation est relativement bien tolérée chez les patients jeunes, mais peut provoquer  à la longue des symptômes de fatigue visuelle.

 

La distance séparant le punctum remotum du punctum proximum (point le plus proche pouvant être vu par l’oeil accommodant au maximum) permet d’estimer le parcours accommodatif de l’oeil. la presbytie réduit ce parcours accommodatif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *