+ +

Monovision

Monovision : définition

Une page du site est consacrée à la monovision – ou bascule.

La monovision est une technique de compensation de la presbytie qui vise à induire une légère myopisation d’un œil pour la vision de près, l’autre œil étant destiné à la vision de loin. La monovision peut être effectuée en sous corrigeant un oeil (correction de la myopie chez le presbyte) ou en surcorrigeant un oeil (correction de l’hypermétropie chez les presbyte).

Généralités sur la monovision

La monovision est une technique particulièrement utile chez les myopes. La monovision se distingue des techniques utilisant la multifocalité: en monovision, chaque oeil bénéficie d’une correction monofocale. Un oeil a une correction pour la vision de loin, l’autre pour la vision de près.

Il existe donc une différence de correction, et de perception des images. En fonction de la distance fixée, un oeil verra net, l’autre moins net, voire flou. Cette différence peut induire une réduction de la perception du relief, car celle-ci requiert que le point de vue de chaque oeil, légèrement différent sur le monde environnant en raison de leur espacement de 65 mm (en moyenne), soit toutefois suffisamment net pour que le cerveau le traduise en sensation de relief (l’utilisation de lunettes spéciales pour la vision en 3D repose justement sur l’induction d’une image légèrement différente sur chaque oeil; dans ce cas, la netteté des images est identique, mais leur « point de vue  » est légèrement différent). La monovision requiert donc une certaine « habituation », afin que le cerveau « sélectionne » automatiquement les images perçues par l’oeil voyant le plus net. La monovision peut être induite en lentilles de contact, ou en chirurgie réfractive (laser) ainsi qu’en chirurgie de la cataracte.

Règles et conditions pour une monovision efficace

La monovision est une technique particulièrement utile pour les sujets presbytes qui souhaitent réduire leur dépendance à la correction optique. Elle présente toutefois certaines limitations, et il faut respecter certaines contre indications.

Monovision : contre indications

– maladies oculaires actives

– strabisme ou déviation oculaire importante

– activités particulières ou fréquentes qui nécessitent une vision binoculaire efficace (conduite, sports de précision, etc.)

L’échec d’un test de monovision en lentilles rend hasardeuse sa réalisation chirurgicale.

Enjeu de la monovision

La monovision ne permet pas forcément de voir de près de manière prolongée et sans fatigue. Elle est plutôt utile pour des activités de lecture ponctuelle (SMS sur téléphone portable, carte de visite, menu de restaurant, prix sur étiquette, etc.). En monovision, un oeil est dédié à la vision de près: la lecture prolongée est plus facile avec deux yeux. Ainsi, un équipement optique est nécessaire pour la lecture prolongée.De même, il peut s’avérer nécessaire de porter une correction pour la vision de loin pour la conduite, les spectacles ou encore certaines activités sportives.

Ecart de correction en monovision

L’écart de correction entre les deux yeux ne doit pas être trop prononcé sous peine d’induire une gêne marquée en vision binoculaire. Classiquement, on considère qu’une différence supérieure à -1.50 D risque d’être mal tolérée par le patient. Un test en lentilles de contact peut être conduit avant la réalisation d’une chirurgie pour vérifier l’accoutumance du patient à une différence de correction. Le plus souvent, l’écart de correction maximum est de 2 D.  Une « myopisation » de 2 D permet à un patient de voir de près à 50 cm en théorie: en pratique, cette distance peut être plus rapprochée en raison de la profondeur de champ de l’oeil humain (0.5 D, portant ainsi la distance minimum de vision nette à 40 cm environ). L’écart de correction peut être programmé à 1.25 D pour permettre à un patient de bénéficier d’une meilleure vision intermédiaire (ordinateur, écran, partition de musique, etc.).

Choix de l’oeil pour la vision de près

Il s’agit d’une étape importante pour le succès de la monovision; classiquement, l’oeil « de près » est l’oeil « non dominant », c’est à dire l’oeil non préféré pour la vision de loin.

Le chirurgien utilise un ou plusieurs  tests pour déterminer l’oeil dominant. Un test classique consiste à demander à un patient d' »entourer avec un cercle formé par les doigts » (main tendue) une cible éloignée. L’œil utilisé pour voir la cible est l’œil dominant. Un test voisin consiste à remettre au patient un carton perforé, et lui demandé de regarder avec un seul oeil une cible au loin. L’oeil vers lequel le patient porte le carton percé est l’oeil dominant. Enfin, on peut aussi « brouiller » la vision d’un oeil puis l’autre avec un verre de +2D. L’oeil (sensoriellement) dominant est celui qui tolère le moins bien ce « brouillage » visuel. Généralement, l’oeil droit est dominant chez les droitiers, et l’oeil gauche est dominant pour les gauchers, mais les inversions entre main dominante et oeil dominant ne sont pas rares.

Réalisation de la monovision en chirurgie réfractive

Chez le presbyte désireux de bénéficier d’une monovision, la correction de l’œil non dominant sera programmée de manière à rendre cet oeil légèrement myope. Elle sera donc calculée vis à vis de l’éventuelle correction de la vision de loin. Un oeil initialement myope pourra ainsi ne pas être corrigé, l’autre l’étant pour la correction de loin. Chez un hypermétrope, il faut surcorriger l’oeil non dominant. Le LASIK et/ou la PKR peuvent être utilisés pour la réalisation de la monovision.

L’ implant KAMRA (Acufocus) est une technique qui s’apparente à une monovision où la vision de loin de l’oeil non dominant (implanté) sera plus nette que celle d’un oeil simplement myopisé. Elle est intéressante pour les patients qui ne tolèrent pas bien la monovision « brute », et qui ne présentent pas de contre indication à l’insertion d’un implant intra cornéen.

19 réponses à “Monovision”

  1. Mr Alviset dit :

    Bonjour, après un opération lasik sur mon oeil droit pour un correction en monovision, est il possible de revenir en arrière pour retrouver ma vision ancienne, car j’ai beaucoup de mal à supporter la différence de vision entre les 2 yeux. D’autre part j’utilise beaucoup plus ma vision de prés pour mon travail que ma vision de loin.

  2. Dr Damien Gatinel dit :

    Il est très certainement possible de réduire la myopie résiduelle qui a été intentionnellement laissée lors de la première intervention, sur l’oeil non dominant, pour favoriser la lecture (technique de monovision). Les reprises en LASIK ne posent généralement pas de problème particulier; il suffit de resoulever le capot initialement découpé, et délivrer la correction complémentaire. Votre vision sera plus « symétrique » entre les deux yeux, mais si vous êtes presbyte, vous ne pourrez plus aussi facilement lire ou voir de près avec l’oeil non dominant.

  3. Je vois un croissant sombre dit :

    Bonjour
    J ai 35 ans, Je me suis fait opéré de la cataracte des 2 yeux ( il y a 1 mois )en monovision dti bascule avec implant mono focal.
    L œil droit implant pour voir de loin œil gauche pour voir de près, sur le œil gauche il m arrive de voir un croissant noir sur l extérieur de l œil ( je pense que c est de la dysphotopsie )
    Est ce que ce phénomène vas disparaître et di non qu elles sont les solutions.
    Cordialement

  4. Dr Damien Gatinel dit :

    Il s’agit effectivement très probablement d’une dysphotopsie de type « pénombre » qui devrait s’estomper et disparaître progressivement. Ce phénomène est lié à un trajet particulier de la lumière en périphérie de l’implant

  5. wadad dit :

    Bonsoir
    Femme de 40ans. Mon ophtalmo a opté pour la correction de ma myopie de 1, 75 la PKR. Seulement voilà : il m’a conseillé de n’opèrer qu’un seul oeil pour, je cite: »ne pas perdre ma vue de près qui est excellente pour le moment ». Après l’opération, est ce que ce déséquilibre entre les deux yeux ne me posera pas problème surtout que je suis enseignante et mes yeux sont très sollicités pour la vision de loin et de près. Cordialement

  6. Dr Damien Gatinel dit :

    Pour pouvoir décider de l’intérêt d’une correction unilatérale et de sa tolérance, je vous conseille de faire un test, en portant uniquement une lentille de correction du côté de l’oeil dominant. Ainsi, vous pourrez juger par vous même de l’effet que procure la « monovision » sur votre vision. Si vous trouvez que la vision binoculaire est suffisante pour vous déplacer sans lunettes, malgré le caractère unilatéral de la correction, alors vous pourrez répliquer l’effet transitoire de la lentille par une correction définitive sur cet oeil.

  7. Jeannine Boileau dit :

    Bonjour!
    Myope depuis l’âge de 15 ans, j’ai été opérée au laser il y a 10 ans environ: un œil de près et un œil de loin. J’ai maintenant 70 ans et des cataractes. Puis-je continuer en monovision (un œil de près et un œil de loin) indéfiniment (avec le vieillissement, mon cerveau peut-il arrêter de s’adapter à ce type de vision), ou plutôt choisir de me faire implanter des lentilles multifocales?
    Merci grandement de me donner votre avis.

  8. Dr Damien Gatinel dit :

    Votre question est pertinente, et la réponse est affirmative : si vous êtes habituée à la monovision il est possible et conseillé de recourir à cette méthode comme stratégie guidant le choix des implants pour votre cataracte.

  9. SCHMITT dit :

    Bonjour,
    J’ai été opéré en janvier dernier (chirurgie réfractive) et je suis en monovision (un oeil voit très bien de loin et l’autre voit très bien de près) mais j’ai beaucoup de mal à m’y habituer du fait de la trop grande différence (selon l’ophtalmo qui m’a opéré) entre les deux yeux. Il me propose d’intervenir une seconde fois pour diminuer cette différence OD/OG en n’intervenant que sur l’oeil qui voit bien de près. Je verrai selon lui un peu moins bien de près (il n’exclut pas le port de lunettes pour bien voir de près lorsque ce sera nécessaire) et pense que ça sera beaucoup plus confortable pour moi. Qu’en pensez-vous ? Merci d’avance de votre réponse. Bien cordialement.
    Jean-François.

  10. Dr Damien Gatinel dit :

    Il s’agit à mon avis de la bonne attitude, et effectivement, il est probable que le dosage entre la sous correction pour votre vision de près (oeil non dominant) et la différence de correction vis à vis de l’oeil dominant doive être ajusté pour vous permettre un meilleur confort en vision binoculaire de loin. Le LASIK est une technique avantageuse en ceci qu’elle permet de réaliser des « retouches » facilement.

  11. Dr Damien Gatinel dit :

    L’absence de vision binoculaire est, d’un point de vue théorique et clinique, une bonne indication pour la monovision, qui repose sur la dissociation des informations transmises par les yeux. Toutefois, certains patients ont du mal à s’habituer à cette différence. Un test en lentille de contact pour simuler le résultat de l’intervention pourrait être intéressant.

  12. Irène dit :

    Bonjour,
    Je porte des verres progressifs depuis 25 ans (j’ai 72ans) pour tout d’abord une presbytie et ensuite une myopie. J’ai subi une vitrectomie (oeil gauche) en janvier dernier, et j’ai récupéré beaucoup de vision de cet oeil opéré (je ne peux quand mm pas lire). Mes verres ne sont plus vraiment adaptés, et mon ophtalmo m’a prescrit un verre plat pour cet oeil gauche car pour conduire je n’étais pas à l’aise avec mes anciennes lunettes. En fait, il faudrait un « mix » entre les deux paires, mais mon ophtalmo me dit que ce n’est pas possible car il ne peut pas dépasser une différence de 2.5 entre les deux yeux. Si je le comprends bien, je suis mal à l’aise avec les anciens verres (le gauche corrige ce qu’il n’y a plus à corriger et je vois un peu flou), et pas trop avec les nouveaux. J’en suis réduite à utiliser les anciens uniquement pour lire, et je porte les nouveaux pour regarder la télévision et conduire.
    N’y a-t-il pas une solution pour qu’au moins je ne sois pas gênée par ce flou à gauche ?
    J’espère m’être bien expliquée, et merci d’avance pour votre réponse.
    Irène

  13. Dr Damien Gatinel dit :

    Il est difficile de répondre à votre question de manière précise en l’absence de données chiffrées sur les corrections respectives des yeux droit et gauche. Néanmoins il est juste qu’effectivement, une différence de 2.50 D semble la limite à ne pas franchir entre les corrections de deux verres pour ne pas induire de gêne. Une chirurgie réfractive ou de la cataracte peut être indiquée et utilisée pour réduire la différence de correction entre les deux yeux, sous réserve que le bilan préopératoire soit favorable et que ces techniques soient effectivement indiquées.

  14. Corinne Dreyfuss dit :

    Bonjour,

    Merci pour votre site qui donne des indications très utiles et précises. J’ai 47 ans et je fais un essai de monovision avec lentilles en prévision de mon opération dans un mois et demi. Mon œil droit est non dominant (lentille à -3,25 D (myopie initiale à -5D) et mon œil gauche dominant est à -2,25D. Je travaille beaucoup en vision de près (lecture) et moyenne (ordinateur). J’ai besoin de temps pour mettre au net quand je passe d’une vision de près à une vision de loin. Je vois très bien de près mais je ressens une tension dans l’œil qui est dédié à la vision de loin. Est-ce un phénomène normal ? Je n’ai démarré l’essai que depuis 2 jours.
    Merci d’avance pour votre réponse.

  15. Dr Damien Gatinel dit :

    Ces symptômes sont classiques quand on teste la monovision. Il ne sont pas inquiétants en eux mêmes, et peut être vous êtes vous habituée depuis à cet état un peu particulier, qui n’est pas forcément « parfait », mais permet souvent aux myopes presbytes de récuperer une bonne indépendance à la correction optique pour la plupart des taches de la vie courante de près et de loin.

  16. Williams dit :

    Bonjour j’ai bénéficié de chirurgie de cataracte pour mes 2 yeux l’été dernier. Je suis en monovision et je me demande si cela me permet d’apprécier les films en 3 D au cinéma avec les lunettes fournies Je précise que je n’ai pas de correction autre. Merci de votre attention.

  17. Dr Damien Gatinel dit :

    ¨Pour pleinement apprécier les films en 3D, il sera nécessaire d’être corrigée de loin pour l’oeil non dominant (celui qui a été laissé légèrepment myope après la chirurgie de la cataracte). La perception du relief suppose que les deux yeux aient une bonne acuité visuelle non corrigée de loin.

  18. collomb dit :

    Bonjour,
    J’ai 49 ans et me suis fait opérer d’une cataracte oeil droit en juin dernier (implant de type monofocal torique hydrophobe blanc). Suite à cette opération, je me retrouve avec une gène au niveau vision car oeil gauche : – 3.75 et oeil droit -0.25 . L’ophtalmo m’a prescrit des lunettes avec monture progressive droit : – 0.25 (+0.50)95° et gauche :-3.75(+0.75)80° – addition +2.25 mais je ne les supporte pas.
    J’aimerai être opéré de l’autre oeil mais n’ayant pas de cataracte, mon chirurgien n’est pas chaud ! (mon cerveau devrait s’y faire selon lui), Je n’arrive pas à m’habituer à voir de l’oeil droit de loin (maux de tête lors de la conduite de véhicule) et de prés de l’oeil gauche (obligé de mettre le nez sur l’écran !)
    Que pensez vous qu’il faudrait faire ?

  19. Dr Damien Gatinel dit :

    Vous présentez une différence importante de correction entre les deux yeux (anisométropie) qui est responsable d’une disaprité de la taille des images rétiniennes, appelée anéisoconie (la correction par verre de lunettes pour la myopie induit une réduction de la taille de l’image vis à vis de celle de l’autre oeil). En attendant d’être opéré un jour de l’oeil gauche, vous pourriez corriger votre myopie de l’oeil droit avec une lentille de contact; il ne devrait plus y avoir de gêne particulière (la correction par lentille de contact réduisant moins, comparativement, la taille de l’image projetée sur la rétine).

Laisser un commentaire

Vous pouvez poser des questions ou commenter ce contenu : pour cela, utilisez le formulaire "commentaires" situé ci-dessous. Seront traitées et publiées les questions et commentaires qui revêtent un intérêt général, et éclairent ou complètent les informations délivrées sur les pages concernées.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *