+ +

Gatinel D, Malet J, Hoang-Xuan T, Azar DT. Corneal Elevation Topography: Best Fit Sphere, Elevation Distance, Asphericity, Toricity, and Clinical Implications. Cornea, 2010

Télécharger l’article : Gatinel et al. Corneal Elevation Topography: Best Fit Sphere, Elevation Distance, Asphericity, Toricity, and Clinical Implications. Cornea, 2010

La topographie cornéenne permet le diagnostic du kératocône. Historiquement, la topographie cornéenne de courbure (technologie Placido) a fourni les premiers indices de détection automatisée. Le recueil de l’information se limitait à la surface avant de la cornée. La topographie d’élévation a été développée ultérieurement, permettant un mode de représentation plus direct de la morphologie de la face avant mais aussi de la face arrière de la cornée. Certains auteurs ont critiqué cette représentation et mis en doute la validité du recueil des informations liées à l’élévation postérieure.  La représentation de l’élévation, qui est celle du relief de la cornéen, nécessite le calcul d’une surface de référence qui est sphérique par défaut. Cette surface de référence sphérique est appelée « best fit sphere »: c’est la sphère qui épouse au mieux le profil de la cornée mesurée. Cet article est le premier à explorer l’influence de paramètres tels que la courbure centrale et l’asphéricité des profils avant et arrière de la cornée sur la représentation en élévation. Un travail de modélisation utilisant des sections coniques pour modéliser le profil de la surface cornéenne et une technique de régression a permis de calculer le rayon et la position de la sphère de référence vis à vis de diverses surfaces cornéennes, dont les caractéristiques étaient ajustées pour ressembler à celles de la face antérieure et postérieure de la cornée. Dans le cadre du dépistage du kératocône, l’évolution vers une accentuation de la cambrure centrale et de l’asphéricité négative (prolate) est bien documentée par de nombreuses études cliniques. Cette déformation est liée à l’amincissement cornéen, et affecte les deux faces de la cornée.

Nous avons donc reproduit de manière virtuelle cette déformation, à la fois pour la surface avant et la surface arrière de la cornée, puis calculé les cartes d’élévation de ces surfaces, telles qu’elles apparaîtraient avec un topographe tel que l’Orbscan ou le Pentacam. Nos résultats démontrent que la traduction en topographie d’élévation de cette déformation est plus précoce au niveau de la face arrière de la cornée, et se caractérise par  l’apparition d’une élévation centrale accrue vis à vis de la surface de référence (best fit sphere). Ces résultats confirment que l’apparition d’une  face postérieure topographiquement « plus rouge » (par augmentation de l’élévation centrale) est un signe précoce de la déformation « ectasique ».

Laisser un commentaire

Vous pouvez poser des questions ou commenter ce contenu : pour cela, utilisez le formulaire "commentaires" situé ci-dessous. Seront traitées et publiées les questions et commentaires qui revêtent un intérêt général, et éclairent ou complètent les informations délivrées sur les pages concernées.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *