+ +

Keratocone / CXL

Votre question :

Bonjour,
J’ai 38 ans et je suis suivi depuis environ 5 ans pour un kératocône à un seul oeil
Mes lunettes corrigent de plus en plus difficilement cette déformation.

Après plusieurs années de lente évolution, mon spécialiste m’indique que dorénavant l’écart entre le début et aujourd’hui justifie un CXL (riboflavine iontophorèse) afin de ralentir/stopper cette évolution qui semble se poursuivre.
Il avait évoqué la responsabilité des frottements, notamment chez les plus jeunes, sans pour autant m’affirmer que leur éradication dans mon cas influencerait l’évolution.

J’ai lu vos diverses réflexions au sujet du KC et je m’attache dorénavant à limiter/contrôler les éventuels frottements ou pressions oculaires, même si je pense que je ne me frottais pas exagérément les yeux (je suis loin de la vidéo sur votre site).

Donnez-vous du crédit au CXL ou vous vous interdisez-vous d’en prescrire ?
Ma crainte dans mon cas est soit :
– ne pas faire le CXL, d’arrêter de me frotter les yeux mais néanmoins de voir le KC poursuivre son évolution ou alors
– faire le CXL et voir le KC poursuivre son évolution (éventuellement dégrader ma vision et donc avoir réalisé l’opération pour rien)

S’il n’y a pas urgence à faire ce CXL, une solution envisageable est-telle de limiter/stopper les frottements et de réaliser des topographies (tous les 6 mois ?) afin d’observer l’évolution ?

Est-il intéressant d’avoir un contre-avis ? (mon ophtalmologiste étant un spécialiste des maladies oculaires)

Cordialement

Notre réponse :

Il n’y a jamais réellement d’urgence à réaliser un cross linking, car l’évolution du kératocône est relativement lente, et dans mon expérience, nulle quand les patients cessent définitivement de se frotter les yeux. J’ai suffisamment de recul et d’expérience pour vous assurer que si vous faites bien attention (notamment le matin, le soir, périodes où les patients se frottent parfois les yeux à leur insu) à ne plus frotter vigoureusement, vous n’aurez pas d’évolution. Il faut juger de l’évolution d’ailleurs sur des critères précis: des cartes soustractives topographiques (différences calculées entre deux examens séparés de quelques mois dans le temps) sont requises, et non une simple interprétation subjective souvent imprécise. Je vous conseille de réaliser une ou deux topographies (sur deux machines différentes), puis de faire un examen de contrôle dans quelques mois, et une carte différentielle.  En principe, au risque de me répéter, l’absence de frottements suffit à stabiliser la maladie (très probablement liée directement aux frottements qui sont le moyen le plus direct de déformer la cornée).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *